De ronces et d’écume, de Danielle Guisiano

couv31040772Auteure : Danielle Guisiano
Editeur : Rebelle 
Pages : 248 pages

Ma note : 14/20

Résumé de l’éditeur :
Après un séjour de plusieurs années dans un pensionnat en Angleterre, Évy retrouve avec bonheur sa terre d’Irlande, la tête emplie de rêves d’indépendance et de liberté.
Mais le sort en a décidé autrement.
Au lendemain d’un bal masqué, le réveil est plus que surprenant.
Ce qu’elle considère comme pure mascarade se révèle être un vrai serment de mariage. La voilà désormais unie au sulfureux et inaccessible baron de Kerry.
Et si le lien le plus indéfectible n’était pas celui contracté devant Dieu ?

Mon avis :
C’est dans le cadre de mon challenge « Je vide ma PAL numérique » que j’ai lu ce livre. Je l’avais acheté l’été dernier lors de promos sur les ebooks de la maison d’édition Rebelle car le résumé m’intriguait. De ronces et d’écume est une romance historique dans la digne lignée de ce genre littéraire.

De manière générale, nous avons là une romance agréable à lire, qui démarre sur un quiproquo entre nos deux héros. Mais alors que l’histoire avance doucement mais sûrement, de nombreux non-dits et malentendus viennent alourdir le rythme. Parfois, j’ai trouvé que l’auteure en faisait trop, et j’aurais bien secoué l’héroïne à plusieurs reprises si j’avais pu. Pour moi, c’est un peu là que le bât blesse. Malgré des personnages intéressants (principaux comme secondaires), j’ai eu un peu de mal à m’attacher à eux et à les comprendre, surtout Evy. Et idem, je n’ai pas bien compris le retournement de situation concernant sa cousine Emmy.

Malgré tout, l’écriture est belle et le langage soutenu m’a ravi du début à la fin du livre. J’ai trouvé qu’il convenait parfaitement à ce genre, même si parfois le vocabulaire employé est un peu poussé à l’extrême. L’histoire est ponctuée de nombreux rebondissements et d’actions. Cependant, j’ai trouvé la dernière partie inutile, traînant en longueur. Comme si l’auteure ne savait pas quelle fin donner à son histoire, ou hésiter d’en faire plus (ou trop). Bref, l’auteure nous donne tout de même un final digne de ce nom et qui conclut très bien ce livre. Une chose est sûre, c’est qu’on ne s’ennuie pas une minute. Les pages se tournent toutes seules et l’intrigue principale – parce qu’il y en a bien une – est très bien menée.

Pour conclure, je dirai que, sans être exceptionnelle, cette lecture m’a fait passé un bon moment et m’a tenu en haleine du début à la fin. Même si quelques lourdeurs sont présentes dans le texte, l’histoire tient la route jusqu’au dénouement final. D’ailleurs, je n’ai pas eu de réelle surprise mais un intérêt plutôt bien comblé. Amatrice du genre, vous passerez tout de même un bon moment en compagnie d’Evy et d’Adam.

purplaisirdelire

Publicités

Les Hussards de Halstead Hall, tome 5 Lady Célia

Les Hussards 5Auteur : Sabrina Jeffries
Editeur : J’ai Lu

Collection : Aventures et Passions
Pages : 402 pages

Ma note : 14/20

—-

Résumé de l’éditeur :
Benjamine des cinq héritiers Sharpe, lady Célia n’est pas la plus docile de la fratrie. Par solidarité, elle se résout à obéir à sa grand-mère qui exige qu’ils soient tous mariés dans l’année. Pourtant, pas question de tomber entre les griffes d’un coureur de dot. Aussi charge-t-elle le détective Jackson Pinter de se renseigner sur les trois prétendants qu’elle a choisis. Mais la dernière chose dont le jeune homme a envie est bien de l’aider à trouver un mari ! Et quand Célia sera en danger, il comprend que le seul homme qu’elle doit épouser… c’est lui.

Mon avis :
J’ai trouvé dommage que ce cinquième tome clôture en demi-teinte la série des Hussards de Halstead Hall qui m’avait beaucoup plu au départ. Manigances, enquête policière et romance sont bien au rendez-vous mais pour moi, la sauce n’a pas pris à cause des deux personnages principaux.

Résumons un peu. Lady Célia, la petite dernière de la fratrie Sharpe, doit impérativement se trouver un mari pour que tous ses frères et sœurs, ayant succombé chacun à leur tour à l’amour, puissent toucher l’héritage de leur grand-mère. Et même si lady Celia n’est absolument pas décidée à trouver chaussures à son pied, elle souhaite faire l’effort de prouver à sa « grand-mama » qu’elle peut recevoir une demande en mariage. De son côté, Jackson Pinter, le détective embauché par Oliver, continue d’enquêter sur l’assassinat des parents Sharpe. Celia et Jackson vont donc être amener à se revoir plusieurs fois, et chacune de leur rencontre va provoquer des étincelles. Mais si tout cela ne cachait-il pas des sentiments plus profonds ?

Personnellement, je n’ai pas du tout été conquise par Celia Sharpe, ni par Jackson Pinter. Alors que j’aurai pensé trouver une héroïne fougueuse et passionnée – à près tout c’est une pro de la gâchette ! – Celia est toute sage malgré des réparties cinglantes, et passe son temps à dévaluer le détective. De son côté, celui-ci n’est pas en reste. Je l’ai trouvé vraiment très plat, ressassant toujours et encore son passé et sa condition sociale par rapport à lady Celia. Bof, bof pour un homme … De plus, que dire de la grand-mère, Hetty Plumtree ! Elle m’a vraiment insupportée dans ce dernier tome. A trop se mêler de la vie des autres, elle en devient carrément machiavélique (et pas dans le bon sens du terme) !

Le seul point positif est très certainement le dénouement final – enfin ! – de l’enquête policière car nous découvrons ce qu’il s’est réellement passé le jour de la mort des parents Sharpe au pavillon  de chasse. Et j’avoue que j’ai été surprise par les révélations finales !

Pour conclure, je dirai que c’est le tome qui m’a le moins plu de la série, et j’ai été assez déçue car il promettait davantage au niveau de la romance entre Celia et Jackson. Malgré tout, l’histoire se lit vite et le dénouement final vaut le coup.

Dans l’ensemble, c’est vraiment une série pour laquelle j’ai pris plaisir à lire. Si je devais choisir mon tome préféré, ce serait très certainement le tome 4 avec Gabriel Sharpe.

purplaisirdelire

 

Journal intime d’une duchesse, tome 3 Dahlia

Journal intime d'une duchesse, tome 3

Journal intime d’une duchesse, tome 3

Auteur : Karen Hawkins
Editeur : J’ai Lu pour elle
Collection : Aventures & Passions
Pages : 311 pages

—-

Synopsis :

Redoutable marieuse, Sa Grâce la duchesse de Roxburghe s’apprête à relever un défi de taille. En effet, lord Alasdair Kirk souhaiterait courtiser Mlle Dahlia Balfour, mais il cumule les handicaps. Tout d’abord, il est balafré et boiteux depuis l’accident qui a coûté la vie à sa première épouse. De plus, il a les manières déplorables d’un rustre. Surtout, Dahlia le déteste. Qu’importe ! décrète lord Kirk, qui ne veut pas entendre parler d’amour mais de « compatibilité ». La duchesse insiste : la jeune fille est romantique. Pour la conquérir, il doit se montrer raffiné. Et le reste, promis, elle en fait son affaire…

Mon avis :

Cette fois-ci, je pense que je vais être très brève car je n’ai pas du tout accroché à l’histoire. Pourtant j’avais beaucoup aimé les 2 premiers tomes de la saga. Pour cette lecture, la magie n’a pas opéré et j’ai vraiment été très déçue.

Déjà, vous avez un très bon aperçu du contenu du roman en lisant le synopsis du livre, car à dire vrai, il ne se passe pas grand chose d’autres. Les deux héros, pourtant voisins dans leur campagne écossaise, se retrouvent au château de Roxburghe, invités par la duchesse des lieux. Celle-ci souhaite relever un nouveau défi pour aider ses deux filleuls : voir Lord Kirk conquérir le cœur de la belle Dahlia (sœur de Rose et Lily). A partir de là, une suite de dialogues pompeux et de situations plus ou moins ridicules/grostesques s’enchainent jusqu’à la fin du livre.

Je n’ai pas du tout accroché au personnage de Lord Kirk. Non mais quel rustre ! Un homme comme çà, je n’en voudrais pour rien au monde. Il ne sait vraiment pas mettre les formes quand il s’adresse aux gens. Un peu de courtoisie ne fait de mal à personne. Et puis franchement, quelle femme serait séduite par quelqu’un qui voudrait l’épouser uniquement parce qu’elle est soit disant « compatible » avec lui ? Bonjour la délicatesse ! Et la séduction dans tout çà ? Je ne sais même pas comment l’héroine a pu trouver un intérêt à ce type d’individu. Quant à Dahlia Balfour, je l’ai trouvé vraiment très naïve, archétype de la romantique gnangnan et fleur bleue, qui rêve à l’amour avec un grand A. Seulement voilà, elle va devoir réviser ses jugements à la baisse si elle souhaite trouver un mari.

Que dire par ailleurs des dialogues tout à fait personnels que vont échanger les héros avec leurs valet/femme de chambre respectifs ? Je me demande aussi comment le héros peut proposer de but en blanc à l’héroïne de lui apprendre à embrasser correctement (ben oui, c’est son premier amoureux alors elle ne sait pas bien s’y prendre, comprenez-vous?). D’autres dialogues dans le même genre se suivent dans tout le roman.

Bref, à mon avis cette histoire n’est pas à inscrire dans les annales de la romance historique. Si vous souhaitez découvrir des héros sombres et séduisants, je vous conseille vivement des bouquins tels que « La loterie de l’amour » de Lisa Keyplas ou encore « Le Défi, tome 4 des Hussards de Halstead Hall » de Sabrina Jeffries. Là, vous ne serez pas déçus !

Ma note : 12/20.

Journal intime d’une duchesse, tome 2 Lily

Journal intime d'une duchesse, tome 2

Journal intime d’une duchesse, tome 2

Auteur : Karen Hawkins
Editeur : J’ai Lu pour elle
Collection : Aventures et Passions
Pages : 376 pages

—-

Mon résumé :
Ce deuxième tome est consacré à Lily, la deuxième sœur Balfour. Nous avions rencontré Rose, l’aînée de la famille, dans le premier tome de cette série. C’est donc avec plaisir que nous replongeons dans les manigances matrimoniales de la duchesse de Roxburghe. Cette fois-ci, Margaret s’est mis en tête d’aider le « pauvre père Balfour » et de trouver un très beau parti pour Lily, l’une de ses nombreuses filleules.
Après plusieurs invitations à venir demeurer quelques semaines à Floors Castle, Lily accepte enfin de venir séjourner chez la duchesse. Son objectif ? Trouver rapidement un mari fortuné pour rembourser la dette que son père a contracté auprès d’un de leurs voisins, Lord Kirk. Le prétendant est choisi d’avance (la duchesse en a décidé ainsi), il s’agira de séduire le conte de Huntley qui est veuf depuis 2 ans. Lily se résoud alors à se lancer dans cette entreprise, mais c’est sans compter sur sa rencontre avec Wulf, un prince d’Oxenburg soit disant pauvre.

Mon avis :
J’ai beaucoup aimé le couple Wulf/Lily. Lui, parce qu’il est déterminé à séduire celle qui lui est destinée. C’est un homme qui n’a pas peur de dire ce qu’il pense, de parler ouvertement de ses sentiments, et qui se moque comme l’an 40 des conventions et du code de bonne conduite des anglais de cette époque. Il va se battre pour conquérir sa « Moya ». Lily, quant à elle, évolue au fil des pages, se laisse séduire par le prince malgré son devoir de trouver un mari riche afin de sauver sa famille de la ruine. Ensemble, ils font tout simplement des étincelles… et on se retrouve parfois devant des situations hilarantes !!

J’ai beaucoup aimé aussi les personnages secondaires comme la grand-mère du prince. La « baboucka » de Wulf ne se laisse pas diriger facilement et a beaucoup de caractère. Ses confrontations avec la duchesse de Roxburghe sont juste mémorables !!

Bravo à l’auteure pour ce second tome, bien différent du premier mais tout aussi surprenant et séduisant ! Franchement, si je devais comparer, je trouve que c’est vraiment un roman à la hauteur d’un bon Kleypas ! Amour, sensualité, aventures … qu’il me tarde que le tome 3 sorte !!!! Je veux vite connaître l’histoire de Dhalia juste évoquée ici !!

Ma note : 8/10.

Les Hussards de Halstead Hall, tome 4 Le Défi

Les Hussards de Halstead Hall

Les Hussards de Halstead Hall

Auteur : Sabrina Jeffries
Editeur : J’ai Lu

Collection : Aventures et Passions
Pages : 380 pages

—–

Quel plaisir de retrouver le clan Sharpe et les manigances d’Hetty Plumtree pour marier l’ensemble de ses 5 petits-enfants. Ce quatrième volet met en avant Gabriel, le troisième frère de cette grande fratrie.

Mon résumé :
Déjà marqué par la mort de ses parents alors qu’il était un jeune enfant, Gabriel se croit responsable de la mort de son meilleur ami. C’est en effet à la suite d’un stupide pari conclu lors d’une soirée de beuverie qu’ils ont réalisé une course hippique très dangereuse où Roger Waverly est décédé suite à un tragique accident de parcours. 7 ans après, Virginia Waverly souhaite venger son frère en défiant Gabriel, surnommé depuis lors l’Ange de la Mort, de faire avec elle cette même course qui a couté la vie de son frère tant aimé. Mais Gabriel a une autre idée en tête pour « réparer » sa faute. Il lui propose de l’épouser pour subvenir à ses besoins. Et d’une pierre deux coups, cela lui permettra aussi de satisfaire les exigences de sa grand-mère. Cependant, cela ne va pas être aussi simple pour Gabriel car Virginia le déteste. Elle voit en lui le meurtrier de son frère. Et même si d’un autre côté elle le trouve très séduisant et très bel homme, elle n’est pas prête à se laisser charmer. Gabriel va devoir trouver de bons stratagèmes pour la courtiser !

Mon avis :
Autant je n’avais pas trop accroché à l’histoire de Minerva/Gilles Masters, autant j’ai adoré celle-ci ! Je dirai même que c’est le tome le plus réussi des 4 premiers sortis à ce jour. J’ai été carrément séduite par Gabriel Sharpe ! C’est un bel homme, séduisant et charmeur, qui cache ses blessures passées sous une carapace désinvolte. Il se croit invincible face à la mort qui a souvent frappé à sa porte. En apprenant à le connaître, Virginia va remettre en question ses convictions et va réussir à percer son armure. On s’attache très rapidement à ces deux héros passionnés, intrépides et prêts à relever le moindre défi. J’ai beaucoup aimé le jeu de séduction de Gabriel. Il s’y prend tout en douceur avec Virginia en lui apportant des marques d’attention très touchantes. D’ailleurs, les scènes de séduction entre les deux personnages sont indéniablement bien écrites. J’ai adoré le passage dans la grange quand Virginia observe de loin Gabriel en train de  ramasser le foin torse nu. Le sourire m’est venu aux lèvres !

Dans ce tome, on découvre aussi une Mme Plumtree qui se laisse séduire par le Général Waverly, grand-père de Virginia. Les répliques entre ces deux-là ont été juste succulentes à lire ! Mettez deux forts caractères ensemble, et vous aurez des étincelles.

L’enquête sur la mort des parents Sharpe progresse également. L’étau se resserre. Et nous en apprenons un peu plus à la fin du livre. On sent que l’auteure met en place les éléments pour le dénouement final dans le tome 5.

On retrouve aussi tous les personnages de la famille Sharpe au grand complet. D’ailleurs j’ai beaucoup apprécié leurs interventions régulières dans le livre. Il me tarde de lire l’histoire de Célia, rebelle dans l’âme, et qui apparemment manie très bien le tir à la carabine ! Cela promet…

Pour conclure, j’ai passé un super bon moment de lecture, et pour tous ceux qui ont déjà lu les premiers tomes de la série, je vous conseille vivement de lire celui-ci. Pour moi, il reste le plus réussi jusqu’à présent.

Ma note : 9/10.

Le Capitaine et l’Insoumise

Le Capitaine et l'Insoumise

Le Capitaine et l’Insoumise

Auteur : Penny Watson-Webb
Editeur : Harlequin

Collection : HQN
Pages :  190 pages

—-

Avec ce livre, nous voilà emporté dans une histoire de pirates des Caraïbes… un brin de dépaysement pour les amateurs du genre !

Mon résumé :
Fraichement nommé capitaine de la Royal Navy grâce à son implication dans la capture d’un célèbre pirate en Jamaïque, Roy Saddler (officier britannique de la Couronne) est muté aux Bahamas sous la direction du gouverneur Rogers. Il débarque ainsi à Nassau accompagné de sa jeune et belle sœur Isabelle. Elevée par son frère depuis la mort de ses parents, Isabelle se sent surprotégée et rêve d’aventures. Ils s’installent tous les deux dans une plantation de sucre nouvellement achetée.

Prenant ensuite le commandement du Hunter, Roy a pour mission de capturer les pirates naviguant sur les eaux des Caraïbes, notamment un certain Connor Adams qui serait impliqué dans des vols de cargaisons perpétrés sur les bateaux du señor Sandoval.

A défaut de mettre la main sur le pirate, Roy capture sa sœur Fox au détour d’une embuscade. Et quelle bonne surprise pour lui ! Cette belle irlandaise aux cheveux de feu et aux yeux verts, qu’il avait déjà croisé lors d’un bal, ne le laisse vraiment pas indifférent. L’emmenant à bord du Hunter, il décide de la séduire pour qu’elle lui avoue où se cache Connor. Mais qui est pris qui croyait prendre ! Fox est aussi belle qu’insoumise. Même s’il arrive à posséder son corps et son cœur, Roy va avoir du fil à retordre avec elle. Mais c’est tant mieux, sinon cela ne serait pas marrant !

D’un autre côté, Connor Adams se venge rapidement en enlevant à son tour la sœur de Roy pendant son absence. Ainsi, chacun des deux hommes se retrouvent en position égale face à l’enlèvement d’un être qui leur est cher. La situation promet des étincelles !

L’intrigue, parce qu’il y en a une, est aussi menée tout au long du livre, même si on se doute facilement du résultat final ! Comment le vilain méchant va-t-il finir ?

Mon avis :
Certaines choses m’ont un peu dérangé à la lecture. Déjà le caractère de Roy Saddler. Au début du livre, on le voit galant et super protecteur envers sa sœur qu’il choit presque comme un bébé. Il veut le meilleur pour elle et l’a élevé dans la pure tradition anglaise. Puis on le découvre presque brutal, froid et manipulateur avec Fox. Il n’hésite pas à la mettre 2 jours entiers en fond de cale au début de sa capture, puis voyant que cela ne réussit pas à la soumettre, il change de tactique en la séduisant puis en la mettant dans son lit. Bon, OK, il est beau garçon, séduisant, etc … mais quand même ! Je ne pense pas qu’il aurait accepté un tel traitement pour sa sœur adorée !! Même Connor Adams ne s’est pas permis de faire la même chose avec Isabelle.

D’un autre côté, Fox se laisse séduire facilement. Elle a peut-être l’excuse d’être trop jeune et trop naïve. Je trouve qu’elle lui pardonne trop rapidement ses excès de colère et d’autoritarisme ! Et je n’ai pas du tout aimé la scène où Roy lui administre une fessée monumentale devant tout l’équipage du bateau. Non mais quelle honte et quelle humiliation pour Fox !! De plus que son frère (fraîchement retrouvé) ne prend même pas sa défense et se permet d’en rire avec Roy ! Beurkkkk !!

J’ai aussi trouvé que l’histoire allait un peu trop vite. L’auteure passe très vite sur certaines parties. Peut-être est-ce dû au fait que le livre n’a pas forcément beaucoup de pages. Du coup, les situations et les ressentis des personnages passent très rapidement. Et au final, j’ai l’impression que rien n’est développé à fond.

Bref, une petite lecture sans grande envergure mais qui fait passer le temps. J’ai lu mieux ! Prenez le temps de lire ce livre si vous aimez les aventures de pirates et les voyages.

Ma note : 5/10.

Les Hussards de Halstead Hall, tome 3 La Provocatrice

Les Hussards de Halstead Hall

Les Hussards de Halstead Hall

Auteur : Sabrina Jeffries
Editeur : J’ai Lu

Collection : Aventures et Passions
Pages : 372 pages

—-

Pour ce troisième tome de la série « Les Hussards de Hallstead Hall » de Sabrina Jeffries, nous retrouvons Minerva, la troisième de la grande fratrie des Sharpe. Après les histoires d’Oliver et de Jarret (dans les tomes 1 et 2), l’auteur introduit dans ce roman l’un des personnages féminins de l’équipe des « Hussards » ! Et il me tardait vraiment de lire cette histoire tant les personnages promettaient de bonnes réparties dans les précédents livres.

Minerva se retrouve elle-aussi confrontée à l’ultimatum posé par sa « grand-mama » Hetty qui veut absolument la voir se marier avant la fin de l’année si elle souhaite toucher l’héritage de ses parents décédés. Hors Minerva ne veut absolument pas se laisser faire, et surtout pas se marier avec quelqu’un ! Adorant l’écriture, l’héroine veut juste continuer à vivre tranquillement dans son coin et écrire des romans gothiques à succès qui sont publiés et signés de son vrai nom (chose rare et scandaleuse pour l’époque), au grand dam de sa grand-mère  et du reste de sa famille.

Prenant les choses en main, elle met au point une stratégie et décide de passer une annonce dans le journal pour « recruter » un mari. Elle est loin de se douter que celui qui se présentera à sa porte est Giles Masters, avocat redoutable, meilleur ami de Jarret et surtout celui dont elle est éprise depuis l’âge de 9 ans mais qui lui a brisé le coeur à 19 ans. Considéré par sa grand-mère comme un réel libertin, Minerva voit là l’occasion parfaite de faire échouer les plans d’Hetty en lui faisant croire qu’elle s’intéresse au pire des débauchés. Le seul soucis, c’est que Giles est bien décidé à épouser Minerva !

Mon ressenti sur ce roman est assez mitigé. J’ai bien aimé les premiers chapitres, mais mon intérêt s’est vite essouflé malgré l’intrigue mise en place tout au long du livre. Je trouve qu’il manquait un petit quelque chose de magique ou de passion entre les personnages principaux. Au final, j’ai été déçue de cette lecture en comparaison des deux premiers tomes.

Mais il est intéressant de noter l’évolution de l’intrigue principale, à savoir les raisons/l’auteur de la mort des parents Sharpe. On en apprend un peu plus à ce sujet… même si on tourne un peu en rond au final.

J’ai bien aimé aussi les rares échanges entre Célia (deuxième fille de la fratrie Sharpe) et M. Pinter (détective privé). Cela promet aussi de bons moments de lecture à venir !

Ma note : 7/10.