Les 100, tome 1 de Kass Morgan

couv28953149Auteur : Kass Morgan
Editeur : Robert Laffont
Collection : R
Pages : 364 pages

Ma note : 14/20

Résumé de l’éditeur :
Personne n’a posé le pied sur Terre depuis des siècles… jusqu’à aujourd’hui.

Depuis qu’une guerre nucléaire a ravagé la planète, l’humanité s’est réfugiée dans des stations spatiales en orbite à des milliers de kilomètres de sa surface radioactive. Aujourd’hui, cent jeunes criminels sont envoyés en mission périlleuse : recoloniser la Terre. Cela peut leur donner une chance de repartir de zéro… ou de mourir dès leur arrivée.

Clarke a été arrêtée pour trahison, mais son véritable crime continue de la hanter au quotidien. Wells, le fils du Chancelier, est venu sur Terre pour ne pas être séparé d’elle, cette fille qu’il aime plus que tout. Mais saura-t-elle un jour pardonner son parjure aux conséquences fatales ? Bellamy, au tempérament de feu, a tout risqué pour rejoindre Octavia à bord de la navette : tous deux sont les seuls frères et soeurs que compte encore le genre humain. Glass, elle, a accompli la manoeuvre inverse et est parvenue à rester à bord de la station. Elle va vite comprendre que les dangers qui la guettent sont au moins aussi nombreux que sur Terre.

Face à un monde hostile ou chacun reste rongé par la culpabilité, les 100 vont devoir se battre pour survivre. Ils n’ont rien de héros, et pourtant, ils pourraient bien être le dernier espoir de l’humanité.

Mon avis :
Bon OK, cela n’a pas été la lecture du siècle, mais au moins j’ai pu me faire ma propre opinion sur ce livre. J’en avais tellement entendu parlé, que ce soit des livres ou de la série TV ! Maintenant, je pourrai dire : « oui, j’ai lu le premier tome ; je sais de quoi çà parle ; et bof, cela m’a moyennement plu ». Je vous explique pourquoi.

Déjà, le premier point négatif qui m’a pas mal dérangé est l’alternance des points de vue entre 4 personnages… Rien que çà ! Déjà qu’avec 2 j’ai parfois du mal, là j’ai vraiment dû m’accrocher pour suivre les histoires en parallèle de chacun. De plus, l’auteure a rajouté des flash-back pratiquement à chaque chapitre, manière de bien plomber la dynamique de lecture. Alors même si ces retours en arrière dévoilent pas mal d’éléments pour faire avancer l’intrigue, c’est tout à fait le genre de technique littéraire que j’apprécie le moins, surtout à forte dose comme ici. Donc l’un dans l’autre, c’était pas gagné pour moi.

Bon après, faut le dire, y’a PAS D’ACTION ! Non mais sans blague, avec du recul, que se passe-t-il vraiment ? Même si le sujet de départ est vachement intéressant, je me suis dis en cours de lecture « Non mais çà va bouger quand même ?!! ». Ben non, pas vraiment. Certes, on voit évoluer les personnages et on comprend les actions qui les ont poussé à agir de telle ou telle manière, mais j’aurais aimé avoir tout de même un peu plus de mouvements. Finalement, la seule histoire qui m’a le plus touchée est celle de Glass avec Luke.

Du coup, je pense que ce young adult est plutôt destiné à un jeune public (12/14 ans) car il reste assez simple dans le style d’écriture. Je tiens quand même à préciser que les pages se tournent vite malgré tout, et que les cliffhangers des derniers chapitres m’ont franchement donné envie de lire la suite. Qu’est-ce que vous voulez, je suis curieuse, c’est tout ! 😉

D’ailleurs en parlant de curiosité, j’aimerais bien savoir ce que l’adaptation en série TV donne. Peut-être que le réalisateur s’est permis de rajouter pas de l’action ? Et puis je serais curieuse de voir les personnages en réels. Bref, si j’ai un peu de temps devant moi, je jetterai un coup d’œil. A très bientôt !

purplaisirdelire

 

Publicités

Red Queen de Victoria Aveyard

10-02-16 en format poche Red QueenAuteur : Victoria Aveyard
Editeur : Le Livre de Poche
Pages : 444 pages

Ma note : 20/20

Résumé de l’éditeur :
Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.

coup_de_coeur

Mon avis :
Et voilà, ce livre signe mon deuxième coup de cœur de l’année ! Red Queen est le premier tome de la trilogie The Red Queen écrite par Victoria Aveyard. Et franchement « wouahou ! », j’ai adoré l’histoire et l’univers créé par l’auteure. Je suis méga fan des dystopies aux univers sombres, aux intrigues politiques rondement bien menées et aux rebondissements multiples, où les héros se font ballottés dans tous les sens et tentent de survivre comme ils le peuvent. Et ici, j’ai bien été servie !

Un peu à la manière de Katniss dans Hunger Games, Mare Barrow est une Rouge (état lié à la couleur de son sang) et a toujours vécu avec sa famille dans la misère, vivant de ses menus larcins. Dans le royaume de Norta, la couleur du sang définit l’avenir de chacun. Et seul les Argents ont la force et le pouvoir de vivre comme bon leur semble, et surtout dans l’opulence. Du jour au lendemain, Mare se retrouve plongée dans un univers qu’elle ne comprend pas et qu’elle a toujours détesté. Entraînée quasiment de force à suivre un chemin qu’elle n’a pas voulu suite à la révélation de pouvoirs extraordinaires qu’elle ne se connaissait pas, elle va devoir apprendre à survivre parmi les sujets de la cour du Roi d’Archéon et savoir repérer ses véritables ennemis.

Entre apprentissage de ses nouveaux pouvoirs, amitiés, trahisons et rébellions, la jeune femme va subir de nombreuses épreuves qui ne vont pas la laisser indemne. L’heure des choix va arriver… Va-t-elle prendre les bons ? 

Avec ce livre, j’ai découvert une nouvelle auteure dont j’ai adoré le style d’écriture. L’histoire est fluide et les rebondissements se succèdent même si le début est légèrement lent. Le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer. Et les dernières pages se sont faites très intenses ! Un dernier retournement de situation m’a laissé complètement HS 🙂 La situation finale me donne vraiment très envie de lire la suite !

De plus, j’ai beaucoup aimé l’ensemble des personnages : que ce soit Mare ou les membres de sa famille, ceux de la famille royale incluant les deux frères Cal et Maven, ou encore tous les personnages secondaires. Chacun joue un rôle dans l’histoire et apporte des éléments à l’intrigue. Mare est une jeune femme forte et courageuse, parfois naïve mais pleine de bons sens. Et que dire des deux frères Cal et Maven ?! Je les ai tout simplement adoré, tout en restant encore très intriguée par Cal.

Pour conclure, je dirai que j’ai passé un super bon moment à lire ce livre et que j’ai eu un joli coup de cœur pour ce premier tome. Victoria Aveyard a écrit un livre plein de justesse pour du young adult et n’est jamais tombée dans la facilité. Cet univers à la fois simple et complexe rend l’histoire complètement addictive. J’espère seulement que le tome 2 sera aussi bien !

purplaisirdelire

 

The Revolution of Ivy d’Amy Engel

The book of Ivy, tome 2 de Amy Engel

The book of Ivy, tome 2 de Amy Engel

Auteur : Amy Engel
Editeur : Lumen éditions
Pages : 322 pages

Ma note : 19/20

Résumé :

Née pour trahir et faite pour tuer… sera-t-elle à la hauteur ?

J’ai tout perdu. Mon foyer. Ma famille. L’homme que j’aime.

Ce serait si facile de capituler, de fermer les yeux et d’attendre que la faim et la soif et raison de moi. Ou bien qu’une bête sauvage me trouve. Ou même un autre survivant… Mais je refuse d’abandonner. J’en ai terminé avec la lâcheté. Il est temps pour moi d’agir, enfin.

Bishop me l’avait bien dit, cet univers hostile ne pardonne pas la moindre erreur. Et au-delà e la barrière, c’est encore pire. L’hiver approche, et si je veux survivre, il va me falloir trouver de l’eau, des vivres, un abri. D’autres condamnés avec lesquels m’allier. Mais surtout, je vais devoir faire un choix : dois-je oublier ma vie d’avant, me venger de ceux qui m’ont trahie… ou mener, purement et simplement, la révolution ?

Car je ne suis plus une Westfall, ni une Lattimer. Simplement Ivy. Et je suis enfin libre.

Mon avis :

The Revolution of Ivy est le deuxième et dernier tome de la saga écrite par Amy Engel. Il me tardait tellement sa sortie depuis la lecture du premier opus The Book of Ivy que je n’en dormais plus la nuit. Si, si, je vous jure ! J’étais restée sur une fin si tendue et éprouvante que j’étais totalement frustrée de ne pas pouvoir connaitre la suite rapidement. Mais le peu d’attente en a vraiment valu le coup !

Ici, nous reprenons de suite à la fin du premier tome. Ivy se réveille couverte de contusions et abandonnée de l’autre côté de la barrière de Westfall, condamnée à l’expulsion pour avoir « tenté » de tuer Bishop, le fils du Président Lattimer. Elle a tout perdu : fini le simulacre de mariage, fini le confort partiel qu’était sa vie jusqu’à présent à l’intérieur de Westfall, et surtout fini sa relation avec Bishop, l’homme qu’elle a appris à connaitre et à aimer malgré elle. Trahie par sa famille et se retrouvant seule dans un monde hostile et éprouvant, elle doit maintenant apprendre à survivre si elle veut continuer à vivre. Livrée à elle-même et profondément blessée (à la fois physiquement et dans son cœur), elle va devoir s’endurcir pour surmonter tous ses pires cauchemars mais aussi pour découvrir qui elle est vraiment. Va-t-elle réussir à survivre ? Va-t-elle rencontrer d’autres personnes vivant en dehors de Westfall ? Va-t-elle retrouver Bishop ? Et surtout va-t-elle chercher à se venger de sa propre famille ? C’est une Ivy courageuse et combative que nous allons découvrir dans ce roman !

Tout d’abord, je dois vous dire qu’à la lecture de ce tome j’ai ressenti beaucoup d’émotions qui m’ont fait vivre des moments très intenses. J’ai tremblé, j’ai eu la boule au ventre et mal au cœur. J’ai ri et j’ai même versé quelques larmes à plusieurs moments. Ce livre vous prend aux tripes du début à la fin ! Il démarre intensément dès les premières pages, suit un rythme infernal tout le long, et se termine en beauté. D’ailleurs, je tiens à remercier l’auteure d’avoir si bien bouclé sa saga ! Toutes les questions qu’on a pu se poser en cours de lecture ont une réponse à la fin.

L’autre gros point fort de ce roman (comme pour le premier tome d’ailleurs) reste les personnages. Ivy m’a beaucoup touché dans ce livre, peut-être même plus que dans le premier tome. Malgré les dures épreuves qu’elle subit ici, elle garde un sens moral et humain très profond. Elle se montre courageuse et combative sans s’apitoyer sur son sort. On va la voir évoluer et grandir, apprendre à faire confiance aux autres, et surtout devenir elle-même au fur et à mesure du livre. 

A côté d’elle, nous retrouvons Bishop. Son amour inconditionnel pour Ivy est sans limite. Il ne la juge pas mais l’accompagne tout simplement dans son évolution, à côté d’elle et pour elle. Il devient son roc, son âme sœur. Et c’est tout simplement magnifique ! C’est un couple hors norme qui m’a marqué et qui restera dans ma mémoire un bon moment.

Dans ce tome, j’ai aussi beaucoup apprécié les personnages secondaires, notamment Caleb et Ash. Sans trop en dévoiler sur eux, je peux seulement vous dire que l’auteure a visé juste en les intégrant à l’histoire. Ils donnent du sens à beaucoup de choses, et amènent le lecteur à se poser des questions sur le sens de la famille, du partage, de la confiance et de l’amitié.

Cette saga représente aussi pour moi une belle découverte. Je ne connaissais pas l’auteure. Et je peux vous dire maintenant que la plume d’Amy Engel est sublime. Elle va droit au but et ne s’encombre pas de fioritures. L’action est très présente ainsi que les nombreux rebondissements qui rythment l’histoire. Cependant, je n’ai pas mis de mention coup de cœur pour ce livre car j’ai eu un petit passage à vide en plein milieu du livre. Mais rien de grave car cela ne m’a pas empêché de finir rapidement le roman et de découvrir une fin émotionnellement intense. Je pense que l’auteure ne pouvait pas mieux conclure !

En résumé, The Book of Ivy et The Revolution of Ivy forment à eux-seuls une saga à lire absolument pour tout amateur de dystopie. Sous forme de quête personnelle et d’hymne à la liberté d’être et d’aimer, elle ne vous laissera pas indifférent et vous marquera un bon moment. Je vous la recommande fortement !

Si vous souhaitez avoir mon avis sur The Book of Ivy.

purplaisirdelire

The Book of Ivy d’Amy Engel

The Book of Ivy d'Amy Engel

The Book of Ivy d’Amy Engel

Auteur : Amy Engel
Editions : Lumen
Pages : 342 pages

Ma note : 18/20

—-

Résumé :
Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.

J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…

Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

Mon avis :

Comment ne pas être intrigué par un résumé pareil ? Grande fan de dystopie, j’étais très intéressée de lire ce livre et de découvrir ce nouvel univers créé par Amy Engel. Je ne connaissais pas l’auteure, alors quand j’ai su que ce livre était son premier roman, j’ai dit « wouahou !! ». Je peux vous assurer qu’il ne laisse pas indifférent et qu’on est vite emporté dans ce nouveau monde à la fois cruel et envoûtant. Le début du livre présente très clairement le monde dans lequel vivent les survivants. Amy Engel va droit au but et ne s’embarrasse pas de fioritures. L’intrigue principale est posée dès les premiers chapitres, à savoir : Ivy va-t-elle réussir à tuer Bishop ? 

The Book of Ivy reprend un peu l’histoire de Roméo et Juliette dans des temps plus modernes. Nous y retrouvons les ingrédients même de ce classique de Shakespeare :

Deux familles qui s’opposent…
50 ans après les ravages causés par une guerre nucléaire, les seuls rares survivants se sont regroupés afin de bâtir ensemble une nouvelle communauté pour tenter de survivre dans ce nouveau monde devenu hostile. Deux familles se sont alors affrontées pour prendre le pouvoir de la ville : les Westfall et les Lattimer. Chacune ayant des concepts de gouvernance différents, ce sont finalement les Lattimer qui ont gagné et pris le pouvoir en élisant un président. Mais la ville est finalement restée scindée en deux camps.

… et une histoire d’amour torturée
Chaque année, les fils et filles des camps adverses d’autrefois sont contraints de s’épouser afin de maintenir la paix dans cette communauté. Sauf que cette année est très particulière, vu qu’elle va officialiser l’union entre la petite-fille du Fondateur de la ville (une Westfall du nom d’Ivy) avec le fils du Président actuel (un Lattimer du nom de Bishop). Une union qui pourrait changer le cours des événements …

Mais le gros point fort de ce roman reste avant tout le personnage d’Ivy. Cette jeune fille de 16 ans n’a jamais connu sa mère qui est morte quand elle était petite, et a toujours vécu avec son père (fils du Fondateur) et sa grande sœur de 2 ans son aînée. Depuis sa plus tendre enfance, elle a été formatée et conditionnée par sa famille pour haïr les Lattimer. Son père lui a donné la mission de tuer Bishop, le fils du Président, pour se venger de la mort de sa propre mère. A partir du jour de son mariage, elle sait qu’elle a 3 mois pour accomplir sa mission. Et dès le début du roman, Ivy ressent ce fardeau comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé son évolution au fil des pages, ses hésitations et ses réflexions. Au contact de Bishop, elle va apprendre à le connaitre, à réfléchir par elle-même et se libérer petit à petit des entraves qui al lient à sa famille. Elle va se montrer forte et courageuse à travers les péripéties qui rythment l’histoire. Ivy va être ballottée dans un tourbillon d’émotions, de mensonges et de découvertes… voire même découvrir un sentiment qui pourrait être de l’amour.

A côté d’elle, j’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Bishop. Il a 18 ans, soit deux ans de plus qu’Ivy. C’est lui qui a choisi de se marier avec Ivy (et non pas sa sœur aînée Callie qui aurait dû être son épouse) et on comprend pourquoi vers la fin du livre. Il va devenir au fil des pages très important pour Ivy. Des liens très forts vont se former entre eux.

Vous l’aurez compris, cette histoire est juste captivante et se laisse lire toute seule. La tension monte crescendo au fur et à mesure que les pages se tournent car une question demeure : Ivy va-t-elle tuer Bishop ? La fin est juste insoutenable et le dénouement inattendu. Je me suis dit que l’auteure était vraiment dure de nous laisser en suspens comme çà ! Mais je vous avoue, il me tarde vivement demain que le tome 2 sorte en librairie : The Revolution of Ivy !

purplaisirdelire

L’épreuve, tome 1 Le Labyrinthe de James Dashner

L'épreuve, tome 1 de James Dashner

L’épreuve, tome 1 de James Dashner

Auteur : James Dashner
Editeur : Editions Pocket Jeunesse
Pages : 408 pages

Ma note : 18/20

—-

Après avoir vu le film au cinéma – que j’avais adoré cela dit – je tenais absolument à lire le livre pour comprendre un certain nombre d’éléments qui m’avaient échappés sur le labyrinthe et l’intrigue générale. Le voyant donc exposé sur l’un des rayons de ma médiathèque, je n’ai pas hésité une seule seconde à l’emprunter. Pour tout vous dire, je ne regrette absolument pas ce choix ! Je vous dis tout maintenant …

De quoi parle le livre ?

Du jour au lendemain, Thomas se réveille dans un endroit qu’il ne connait pas sans aucun souvenir de sa vie antérieure à part son prénom. Il se retrouve à devoir vivre au Bloc parmi une cinquantaine d’autres garçons qui ont à peu près le même âge que lui. Il comprend vite que le lieu où il se trouve est en réalité le centre d’un labyrinthe gigantesque et que d’effrayantes créatures en acier vivent à l’intérieur de ses allées sombres. Mais qui est-il ? Pourquoi a-t-il été envoyé dans cet endroit mystérieux et effrayant ? Alors que beaucoup de questions sans réponses trottent dans sa tête, Thomas ressent au fond de lui qu’il connait la clé de l’énigme. Dépassant ses peurs, il va devoir apprendre à survivre dans cette nouvelle communauté, et surtout découvrir comment sortir du labyrinthe dont les murs se déplacent chaque soir.

Mon avis sur le livre :

Dès le début, le lecteur est complètement happé dans l’histoire. James Dashner nous dévoile un univers sombre et effrayant que l’on découvre petit à petit à travers les yeux de Thomas. Plein de questions nous viennent en tête : pourquoi ces enfants sont-ils envoyés au Bloc ? Existe-t-il une sortie ? Comment vont-ils faire pour survivre ? L’angoisse monte au fur et à mesure des pages autant que le suspens s’épaissit. Surtout que le danger rôde partout dans le labyrinthe (et les méchants ne sont pas forcément ceux auxquels on pense en premier).

A côté de çà, tous les personnages du livre sont super intéressants. Et j’ai beaucoup admiré leur pugnacité et leur combativité face à l’épreuve. Je les ai trouvé très courageux. On ressent assez rapidement le fait que Thomas va jouer un rôle important dans le dénouement final, et on se laisse guider facilement par les différentes péripéties qui ponctuent le récit. La petite touche féminine apportée par le personnage de Teresa rajoute du suspens à l’histoire. Qui est-elle ? Quelle relation la lie-t-elle exactement avec Thomas ? Beaucoup de réponses sont apportées à la fin du livre.

Ce fut pour moi une grosse et belle découverte de la plume de James Dashner.  Elle est vraiment fluide, et j’avoue que les pages se tournent toutes seules, voire à une très grande rapidité passé la moitié du livre. Les derniers chapitres sont très prenants, et l’épilogue laisse présageait d’une suite toute aussi bonne que ce premier tome. C’est vraiment un roman sans temps mort, où le rythme est haletant jusqu’à la fin.

Si vous aimez les histoires de science-fiction – dans le genre survival -, mettant en scène de jeunes adolescents combattant pour retrouver leur liberté, je vous conseille vivement de lire ce livre. L’auteur nous tient en haleine du début à la fin avec un roman riche en actions et en rebondissements. Vivement que je lise la suite !

purplaisirdelire

U4.Jules par Carole Trébor

U4 Jules de Carole Trébor

U4 Jules de Carole Trébor

Auteur : Carole Trébor
Editions : Syros-Nathan
Pages : 382 pages
Ma note : 15/20

—-

J’étais très curieuse de découvrir et lire l’un des 4 tomes de la série U4, annoncé comme LE phénomène littéraire de la rentrée 2015. J’attendais donc impatiemment le 27/08/2015, jour de sortie officielle de ces 4 romans auprès du grand public. Mon choix s’est porté sur l’histoire de Jules un peu par hasard. Disons qu’il fallait bien faire un choix parmi les 4 bouquins. Et si j’avais pu, je les aurais tous acheté d’un coup. Mais avant d’aller plus loin, je voudrais vous présenter la dynamique U4.

U4, c’est quoi ?

U4 est une saga young adult publiée par les deux maisons d’éditions Syros et Nathan. Sa particularité ? Elle a été écrite par 4 auteurs français (Florence Hinckel, Carole Trébor, Yves Grevet, Vincent Villeminot) qui se sont lancés le défi de raconter une histoire commune à travers 4 personnages différents. Ce sont donc 4 livres qui ont été écrits et qui présentent l’histoire d’un univers post-apocalyptique à travers 4 points de vue différents : celui de Koridwen, de Stephane, de Yannis et de Jules. Dans ce monde où le filovirus U4 a ravagé 90% de la population mondiale, seuls les adolescents de 15 à 18 ans ont survécu ainsi qu’une poignée d’adultes protégés par des combinaisons anti-bactériologiques. Parmi ces ados, on retrouve nos 4 héros qui ont ce point commun : ils ont tous joué à « Warriors of Time », un célèbre jeu vidéo sur Internet, et ils font tous partis des Experts du jeu. Suite à un dernier message de Khronos, maître du jeu et du temps, où il affirme connaître un moyen de revenir dans le passé et empêcher ainsi la propagation du virus, ils décident de se rendre à un rendez-vous de la dernière chance le 24 décembre à Paris.

Résumé de la 4ème de couv :

« Je m’appelle Jules. Je vis à Paris. La ville que j’observe du haut de mon cinquième étage n’est plus la mienne. J’ai recueilli une petite fille, elle s’appelle Alicia, je ne sais pas quel âge elle a ni pourquoi elle a survécu. C’est pour elle que j’irai au rendez-vous. Parce q’il nous reste peut-être une dernière chance de sauver le monde ».

Mon avis :

Dans ce livre, nous découvrons les évènements à travers les yeux de Jules. Le récit est écrit à la première personne, ce qui nous plonge directement dans l’histoire en ressentant et vivant les mêmes choses que le héros. Cela fait maintenant 10 jours que le filovirus méningé U4 fait ses ravages. Jules reste enfermé dans l’appartement de ses parents boulevard Saint-Michel à Paris. N’ayant pas de nouvelles de leur part, il se retrouve seul. Commençant à manquer de vivres, il décide enfin de sortir de chez lui pour une expédition « recherche de nourritures ». Geek dans l’âme, il se met en mode « Spider Snake » (son avatar sur WOT) pour surmonter l’effroyable réalité : à savoir la vision de cadavres partout étalés dans tous les coins de la ville. C’est alors qu’il découvre Alicia dans l’un des appartements de son immeuble, petite fille de 7 ans, seule survivante de cet âge-là. Il la prend sous son aile, et décide alors de rejoindre un groupe d’amis de son ancien collège pour vivre en communauté avec eux. Mais pour survivre dans cet univers post-apocalyptique, Jules va devoir faire des choix et prendre des décisions qui vont le changer à tout jamais.

A la lecture des autres commentaires vus sur Internet, j’ai l’impression que U4.Jules est le seul tome basé en grande partie sur la psychologie des personnages. L’auteure s’est focalisée sur le ressenti de Jules et a développé à travers lui des réflexions sur la nature humaine, l’espoir, l’amour, l’amitié, le devoir et le partage mais aussi la montée de la violence dans un univers ravagé. A côté de tout ce désordre, Jules fait office d’ancre. C’est un personnage posé et très attachant, courageux, même si j’ai parfois eu envie de lui secouer les plumes ! On le voit évoluer et grandir à travers les différents obstacles qui se dressent sur sa route. Par ailleurs, le personnage d’Alicia est une bouffée d’air frais dans ce roman à l’ambiance pesante. J’ai beaucoup aimé les liens que Jules noue avec elle. Ils vont beaucoup s’apporter mutuellement et se soutenir l’un et l’autre dans les épreuves.

J’ai cependant regretté que l’action ne soit pas plus présente car ce tome est essentiellement basé sur la vie en communauté et les liens qui s’établissent dans un groupe d’amis. J’ai trouvé dommage d’attendre le dernier tiers du livre pour voir les choses vraiment bouger. C’est à dire quand les 4 héros sont réunis à Paris. Jules fait la connaissance de Koridwen (dès la deuxième partie du livre) puis de Stéphane et Yannis dans cette troisième partie. Leur rencontre est assez spéciale d’ailleurs ! A partir de là, les révélations s’enchainent et la tension monte de plus en plus suivant le fil chronologique de l’histoire. De plus, l’auteure a su piquer ma curiosité sur les 3 autres héros. Qui sont-ils vraiment ? Quelle est leur histoire ? Que leur arrive-t-il à la fin ?

Je ne connaissais pas Carole Trébor, et j’ai ainsi découvert sa plume. J’ai bien apprécié son style d’écriture fluide, avec des tournures de phrases assez simples adapté au genre Young Adult. Mais je ressors de cette lecture frustrée et déçue par la fin du récit. Disons qu’après tout ce tapage médiatique, je m’attendais à quelque chose de plus sensationnel au niveau du dénouement final (un peu comme dans les livres de Guillaume Musso). Mais cela n’a pas été le cas. La fin fut assez brutale, sans réelles explications sur le devenir de la population restante, et j’avoue que j’ai encore en tête quelques questions sans réponse. Je me suis dit : « ah non, l’histoire ne peut pas finir comme çà ! ». Pour le coup, je pense lire un peu plus tard U4.Koridwen pour essayer d’avoir d’autres éléments de réponses, et surtout découvrir un autre final.

D’autres points m’ont également géné dans ce livre, comme le fait que des militaires tuent des enfants alors qu’ils sont le devenir de la planète, ou encore voir des ados qui manient des armes comme des soldats hyper entrainés. Je pense que l’univers créé par les 4 auteurs auraient dû être plus réfléchi, même si je ne doute pas un seul instant de l’énorme travail qu’il y a certainement dû avoir derrière ce projet. Cela reste une oeuvre originale et qui mérite d’être connue !

Pour conclure cette chronique, je dirai que c’est une lecture que j’ai bien aimé même si je pense que ma déception finale est d’autant plus grande que j’attendais cette sortie littéraire depuis un très long moment. L’auteure a su piquer ma curiosité en abordant les 3 autres personnages, et pour le coup j’ai vraiment envie de les connaître et de découvrir leur histoire personnelle. Si vous êtes amateur de science-fiction – ou comment survivre dans un univers post-apocalyptique – , vous allez beaucoup aimé cette saga !
purplaisirdelire

Inaccessible, tome 1

Inaccessible, tome 1 de Jessica Brody

Inaccessible, tome 1 de Jessica Brody

Auteur : Jessica Brody
Editeur : Au Diable Vauvert
Pages : 433 pages
Genre : Young Adult

—-

Synopsis :

ON A EFFACE SA MEMOIRE, MAIS L’AMOUR NE S’OUBLIE PAS

Séra est retrouvée indemne dans les décombres d’un avion, sans souvenir de sa vie passée. Zen affirme être son petit ami et l’avoir sauvée d’un laboratoire secret. Dans un futur proche où même les souvenirs peuvent être manipulés, Séra doit-elle lui faire confiance ?

Mon avis :

Je pense qu’il va être difficile de faire la chronique de ce livre sans le spoilier. Mais je vais essayer de vous en révéler le moins possible. Car en effet, l’histoire créée par l’auteure est dense, remplie de petits détails, d’actions et de révélations. On se laisse vite emportée par l’intrigue. Et apparemment, Jessica Brody a tapé dans l’oeil des producteurs de films car sa trilogie, dont le tome 1 vient de sortir en France (avril 2015), va être adaptée au cinéma. Et j’avoue que je suis déjà très curieuse du rendu sur grand écran !

L’histoire commence par la découverte d’une jeune fille de 16 ans retrouvée vivante parmi les décombres d’un crash d’avion en plein océan Pacifique. Elle n’a aucun souvenir de l’accident, et a même complètement perdue la mémoire, jusqu’à oublier son propre prénom. A la grande suprise des docteurs, elle n’a aucune séquelle physique, si ce n’est que son cerveau semble s’être réinitialisé à zéro. Elle doit tout réapprendre. Vivre. Manger. S’habiller. Parler. Alors quand un jeune homme inconnu affirme savoir qui elle est et d’où elle vient, la jeune fille prend peur mais ressens aussi instinctivement le besoin de lui faire confiance pour découvrir sa véritable nature.

Avis donc aux fans d’Inception, de Retour vers le futur ou même La Mémoire dans la peau. L’auteur reprend ici des thèmes forts comme l’amnésie, la manipulation de souvenirs, la force hors du commun que développe l’héroïne du livre ou encore le voyage dans le temps. Le style d’écriture de l’auteur est tellement bien maitrisé que les pages s’enchainent toutes seules. Surtout qu’à cela se rajoute une pointe de romance, qui n’est pas pour me déplaire, et même quelques références à Shakespeare pour les plus romantiques. Propre au genre de la SF, Jessica Brody met aussi en exergue des questionnements d’éthique sur la science de la biologie de synthèse.

Les personnages d’Inaccessible sont très bien travaillés et on s’attache rapidement à eux. J’ai admiré la détermination de Séra à vouloir découvrir à tout prix son passé et retrouver la mémoire. Malgré ses peurs, elle avance et ne se laisse pas abattre. Ses petites manies arythmétiques m’ont bien fait rire, et j’avoue que j’aimerais bien être aussi forte qu’elle en calcul mental ! D’un autre côté, Lyzender m’a beaucoup fait penser au personnage de Peeta d’Hunger Games, dans sa façon de toujours vouloir protéger l’héroïne tout en lui faisant comprendre qu’il sera toujours là pour elle. J’ai trouvé çà adorable.

Bon, j’ai quand même un point négatif à souligner. La traduction française est franchement très limite, et j’avoue que je n’ai pas trop apprécié les fautes d’orthographe, grammaticales et syntaxiques très (trop) récurrentes dans le livre.

Mis à part ce point, je vous conseille vivement de lire Inaccessible pour suivre les aventures de Séra dont la véritable identité nous est révélée au fur et à mesure des 433 pages, lorsque ses souvenirs lui reviennent, jusqu’au final qui nous plonge dans une vive attente de la suite. Inoubliable et Inaltérable sont apparemment prévus pour le printemps et l’automne 2016. Le temps va paraître long d’ici là !

Ma note : 16/20.

livraddict_logo_newp

Ce livre a été lu en lecture commune sur Livraddict. Voici d’autres avis sur ce roman :
– Les Chroniques Aléatoires : Avis d’Ash