Le sang des dieux et des rois d’Eleanor Herman

21-04-16Auteur : Eleanor Herman
Editeur : Robert Laffont
Collection : R
Pages : 452 pages

Ma note : 14/20

Résumé de l’éditeur :
Alexandre, héritier du trône de Macédoine, est en passe de découvrir son destin de conquérant, mais il est irrésistiblement attiré par une nouvelle venue.
Katerina doit naviguer dans les eaux troubles des intrigues de la cour sans dévoiler sa mission secrète : tuer la reine.
Jacob est prêt à tout sacrifier pour gagner le cœur de Katerina. Même s’il doit pour cela se mesurer à Héphestion, tueur sous la protection d’Alexandre.
Enfin, par-delà les mers, Zofia, princesse persane fiancée à Alexandre malgré elle, part en quête des légendaires et mortels Dévoreurs d’Âmes, seuls capables d’infléchir son destin.

Mon avis : 
Le sang des dieux et des rois est le premier tome d’une saga historico-fantasy écrite par Eleanor Herman, apparemment bientôt adaptée en série TV par la Warner Bros. Mais pour moi, ce livre m’a permis de découvrir une nouvelle auteure. Et malgré une jolie écriture mêlant brillamment faits historiques de l’époque antique et éléments fantastiques, je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire, et ce pour différentes raisons.

La première est la multitude de narrateurs présents dans ce tome. Nous suivons non pas 2 ni 3 points de vue, mais 7 au total ! Et là, j’avoue que je n’ai pas franchement apprécié cette dynamique de lecture. Bien qu’il soit intéressant d’avoir plusieurs points de vue, trop c’est trop car j’ai eu l’impression de partir dans tous les sens. Par conséquent, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages, même si avec du recul je les ai trouvés très intéressants chacun à leur manière. Je regrette que l’auteure ne se soit pas plus focalisée sur Alexandre, Katerina ou encore Héphestion. Elle aurait pu essayer d’intégrer un triangle amoureux qui aurait pu donner un peu plus d’intérêt à l’histoire. La romance n’est clairement pas à l’honneur dans ce livre.

Par ailleurs, je ne suis en général pas très friande des longues descriptions de décor ou des introspectives des personnages. Et là, j’ai été servie ! Même si la plume d’Eleanor Herman est très belle, j’aurais aimé être un peu plus dans l’action et les dialogues. Il y a certaines situations qui m’ont paru irréelles, surtout pour des personnages qui sont censés avoir entre 16 et 20 ans : comme le combat de la jeune Cynané avec un seigneur ésarien qu’elle arrive à tuer, ou encore le long voyage de Katerina en Carie qu’elle entreprend seule à 16 ans et sans qu’il ne lui arrive rien ! Je ne sais pas si cela n’a interpellé que moi ou également d’autres lecteurs.

D’un autre côté, tous les férues de mythologie, d’époque antique et de fantastique trouveront certainement leur compte dans ce livre. C’est peut-être l’un des seuls points forts à mon avis ici : la réalité des faits historiques mêlés avec brio au côté fantastique de l’histoire. On sent que l’auteure est calée en histoire antique et qu’elle sait ce qu’elle dit. C’est peut-être ce qui excuse les autres petits défauts du livre.

En attendant, je ne regrette pas de l’avoir lu. Même si j’aurais peut-être aimé avoir une histoire tournée différemment. Si vous aimez le fantastique associant les dieux, la magie et une réalité historique à l’époque de l’adolescence d’Alexandre le Grand, foncez sur ce livre ! Et dites-moi ensuite ce que vous en avez pensé 🙂

A très bientôt …

purplaisirdelire

 

Publicités

Psi-Changeling, tome 13 Le bouclier de givre de Nalini Singh

22-04-16Auteur : Nalini Singh
Editeur : Editions Milady
Pages : 575 pages

Ma note : 19/20

Résumé de l’éditeur :
Assassin. Soldat. Flèche. Voilà ce qu’est Vasic depuis toujours. Alors que les siens sont victimes d’une épidémie dévastatrice, Vasic doit accomplir une mission périlleuse : réveiller les empathes pour sauver son peuple.
Après avoir été privée d’une partie de ses pouvoirs, Ivy prend un nouveau départ. Elle aurait dû se tenir à distance de ce guerrier ténébreux. Malgré sa réputation sanguinaire, Vasic est son seul espoir et Ivy devra se battre à ses côtés. Malgré son courage et sa détermination, a-t-elle vraiment le pouvoir de sauver
Vasic des ténèbres qui l’envahissent ?

Mon avis :
Bien que nous en soyons déjà au numéro 13, voici encore un tome que j’ai aimé faire durer et surtout savourer ! Nalini Singh est une auteure vraiment extraordinaire, qui sait à chaque fois renouveler l’intérêt du lecteur pour sa saga. L’univers qu’elle a inventé et créé au fur et à mesure de ses livres prend ici de l’ampleur et l’intrigue principale atteint son paroxysme. Ce tome est sans aucun doute un tome « clé » pour l’évolution future de sa série.

Dans Le bouclier de givre, les Psi doivent affronter une épidémie dévastatrice qui menace toute l’espèce : la pourriture est en train de se répandre sur le Net. Mais personne ne sait comment l’arrêter. Les Psi atteints par cette maladie deviennent violents et destructeurs. Et les foyers d’infection se multiplient à travers le monde. Khaleb, soutenu par les Flèches et certains groupes d’élite de Changelings luttent pour contrer les épidémies. Leur seul espoir de survie consiste à réveiller les empathes, ceux-là même qui ont été persécutés par les leurs depuis l’instauration du protocole Silence.

Sur cette toile de fond sombre et menaçante, c’est le couple Ivy/Vasic qui est mis en avant. D’ailleurs, je ne pensais pas que je m’attacherai autant à eux, surtout à Vasic  que j’avais déjà croisé dans les tomes précédents et pour lequel je n’avais jamais réellement accroché. Mais c’était sans compter la magie de Nalini Singh, de savoir mettre en avant et rendre attachants tous ses personnages.

Vasic est une Flèche, conditionné depuis sa plus tendre enfance à être un guerrier puissant, fort et sans émotion. Mais sous sa froide carapace se cache un homme sensible et qui a du cœur. Sa mission est de retrouver les empathes dissimulés à travers le monde pour réveiller leur pouvoir. C’est ainsi qu’il va faire la connaissance d’Ivy, une jeune femme de 23 ans complètement brisée par Silence à la suite d’un violent reconditionnement. A son contact, Vasic va évoluer et changer petit à petit, retrouvant la force de croire en l’avenir.

J’ai beaucoup aimé ces deux personnages car je les ai trouvé très complémentaires. Ils s’apportent mutuellement beaucoup de force et de courage. Grâce à son empathie, Ivy va réussir à toucher la part sombre de Vasic et à la ramener à la lumière. 

Dans ce tome, j’ai aussi beaucoup apprécié de revoir d’autres couples : Sasha et Lucas sont très présents, ainsi que Khaleb et Sahara. Une autre Flèche, Aden, est aussi un personnage très présent qu’il me tarde de découvrir. Nalini Singh a commencé l’ébauche d’une nouvelle intrigue générale, me laissant bien évidemment sur ma faim !!

Je ne peux vous dire qu’une chose, LISEZ CE LIVRE !!! Lisez même toute la série 🙂 Alors même si je n’ai pas mis de coup de cœur pour « Le bouclier de givre », parce que je le trouve un poil en dessous du précédent, je vous le conseille très vivement 🙂

A très bientôt,

purplaisirdelire

 

La marque des ténèbres, tome 1 L’ange ou le démon de Sylvia Day

la-marque-des-tenebres,-tome-1---l-ange-ou-le-demon-715507-250-400Auteur : Sylvia Day
Editeur : J’ai Lu (pour elle)
Pages : 401 pages

Ma note : 14/20

Résumé de l’éditeur :
A 17 ans, Eve perd sa virginité dans les bras d’un mystérieux motard, qui disparaît quelques heures plus tard. Cette nuit n’aura pourtant pas été sans conséquence sur la jeune femme car, des années plus tard, elle devient une « Marquée » : elle porte l’empreinte de Caïn, le premier meurtrier de l’humanité. Eve va alors plonger dans un univers dont elle ignorait tout, un monde gouverné par la lutte entre Dieu et Satan, les anges et les démons. Mais Eve doit également faire face au retour de l’énigmatique Alec Caïn, l’inconnu de son adolescence, et aux avances du ténébreux Reed Abel. Succombera-t-elle à l’un des deux frères ennemis ?

Mon avis :
Sylvia Day est devenue une auteure très célèbre grâce à sa série érotique Crossfire. Avec La marque des ténèbres, tome 1 L’ange ou le Démon, elle signe le début d’une nouvelle saga et change de cap en s’orientant vers la romance paranormale. Quoi de neuf, vous me direz ? Ben justement, pas grand chose ! Le combat millénaire entre le bien et le mal, les anges et les démons, c’est du déjà vu. Malgré tout, Sylvia Day arrive à tirer son épingle du jeu en créant un univers bien à elle. Et cette lecture, sans être LA lecture du siècle, reste tout de même appréciable.

Dans ce premier tome, nous faisons la connaissance d’Evangeline Hollis, dite Eve pour les intimes. Alors qu’elle doit passer un entretien d’embauche chez un riche industriel du nom de Gadara, elle croise un jeune homme qui lui rappelle trait pour trait celui avec qui elle a perdu sa virginité 10 ans plus tôt. Se sentant irrémédiablement attiré par ses charmes, elle cède volontairement à ce moment de plaisir avec lui. Peu de temps après cette incartade, elle apprend qu’elle a été « marquée » par Reed Abel (un ange ô combien sexy) et qu’elle porte la marque de Cain (l’homme, ou plutôt l’ange avec qui elle a perdu sa virginité à 17 ans). Dès lors, un nouveau monde s’ouvre à elle. Eve se retrouve dans le rôle de chasseuse de démons pour expier ses fautes et doit faire face à de nouveaux dangers.

Ici, Sylvia Day reprend le mythe biblique de Cain et d’Abel en l’arrangeant à sa sauce. N’étant pas une grande fan de religion et de mythologie, je n’ai pas trop accroché à cet univers où l’auteure introduit des anges, des démons, des archanges, et où Dieu et Satan tiennent toute leur place.

De plus, j’ai également été déçue par le côté « fouillis » de l’histoire. Dès le début, le roman commence à l’envers (par la fin) avant de revenir à la situation initiale. J’avoue que ce fut assez déroutant. Par ailleurs, les alternances de point de vue (Eve, Alec, Reed, Gadara …) m’ont souvent perdu dans le déroulé de l’histoire. Il y a même des passages où je me suis vraiment ennuyée.

Le côté positif reste tout de même l’intrigue générale et les trois principaux personnages. Eve est une jeune femme avec du caractère et qui ne se laisse pas abattre. Elle va prendre son nouveau destin à bras le corps et avancer du mieux qu’elle peut. Placée au cœur d’une rivalité entre frères, son attirance pour les deux hommes va également la mettre dans une position assez difficile. Qui va-t-elle choisir ?  Et surtout à quel prix ? Pas fan des triangles amoureux, j’ai trouvé celui-ci assez intéressant, même s’il n’a pas été sans me rappeler le triangle amoureux du livre « Journal d’un vampire ».

Pour conclure, je pense que ce tome a été écrit de cette manière pour poser les bases solides d’une nouvelle série. J’espère que la suite sera différente avec une narration beaucoup mieux cadrée. Pour l’instant, je n’ai pas été vraiment convaincue par ce début. A voir pour la suite.

purplaisirdelire

Lux, 1 Obsidienne de Jennifer L. Armentrout

Lux 1 Obsidienne

Lux 1 Obsidienne

Auteur : Jennifer L. Armentrout
Editeur : J’ai Lu
Pages : 378 pages

—-

Résumé :

Quand Katy déménage dans un coin paumé de Virginie-Occidentale, elle s’attend à tout sauf rencontrer des voisins de son âge. Déception, Daemon Black a beau être canon et avoir une sœur jumelle adorable, il n’en est pas moins insupportable et arrogant !
Lorsque Kat se rend compte que tout le monde semble fuir la famille Black, elle voit d’un autre oeil la froide suffisance de Daemon. Pourra-t-elle encore l’éviter quand tout lui crie de s’en approcher ?

Mon avis :

Mais pourquoi ai-je attendu si longtemps avant de lire ce livre ? J’avais vu sur le net pas mal d’avis positifs à son sujet qui auraient dû m’inciter à l’acheter plus rapidement. Mais le temps passant à grande vitesse, je l’ai trouvé en librairie que ce mois d’Août. Des chroniques, j’en avais vu sur les blogs, en les survolant pour ne pas me spoiler. Et j’ai bien fait car j’ai eu une superbe surprise en lisant « Obsidienne » ! Et je vais essayer à mon tour de vous donner envie de lire ce livre sans vous dévoiler l’essentiel du roman.

Nous faisons la connaissance de Katy, jeune lycéenne en dernière année, qui vient d’emménager avec sa mère dans un trou perdu de Virginie-Occidentale. Quelques semaines avant sa rentrée des classes, elle fait connaissance avec ses nouveaux voisins qui ont exactement le même âge qu’elle. Alors qu’elle se lie rapidement d’amitié avec Dee, sa voisine, Katy ne supporte pas son frère jumeau Daemon, pourtant si attirant et « so sexy » ! Il semble avoir une dent contre elle, et tente par tous les moyens d’éloigner sa sœur de sa compagnie. Katy ne comprend pas pourquoi Daemon a une telle attitude envers elle, et ne se laissera pas imposer des règles par ce garçon qu’elle trouve vraiment trop arrogant.

Je ne vous cache pas que les rapports entre les deux personnages principaux sont carrément chauds bouillants. Ils se détestent tout en se sentant très attirés l’un par l’autre. Les réparties vont bon train. Et cela donne des situations vraiment explosives. J’adore ! D’un autre côté, l’auteure a su rendre tous ses personnages attachants, mais aussi mystérieux. Pourquoi la famille Black fait-elle peur aux autres habitants de la bourgade ? Que cachent-ils ? Ont-ils des secrets à préserver ?

Jennifer L. Armentrout a très bien su mener son intrigue jusqu’au bout. J’ai senti qu’elle maitrisait parfaitement son histoire, en nous dévoilant petit à petit les éléments essentiels de son roman. De surprises en révélations, les pages se tournaient vraiment toutes seules. L’écriture fluide et bien maitrisée de l’auteure y a été pour beaucoup !

L’univers de Lux est tout simplement génial. Mais où l’auteure a-t-elle trouvé toutes ces idées ! Au début, l’histoire m’a fait penser à Twilight, et puis j’ai vite changé d’avis. Cela n’a rien avoir. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, à tel point que je n’ai fait qu’une bouchée de ce livre.

Je ne mettrais pas un coup de cœur pour ce roman bien qu’il m’ai beaucoup plus. Pourquoi ? Parce que j’ai trouvé la fin légèrement énervante. L’auteure aurait pu amener le tome 2 d’une manière différente. Là, j’avoue, je n’ai pas vraiment compris la réaction finale de Katty. Que lui faut-il de plus ? C’est la question que je me suis posée à la fin.

Dans tous les cas, c’est une lecture que je vous conseille chaudement si vous aimé la romance et le genre fantastique ! De mon côté, je me suis ruée à la librairie (dès mon retour de vacances) pour acheter la suite, Onyx, qu’il me tarrrrrrde de lire !!!

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma note : 19/20purplaisirdelire

Hush Hush, tome 2 Crescendo de Becca Fitzpatrick

CrescendoAuteur : Becca Fitzpatrick
Editeur : Pocket Jeunesse
Pages : 378 pages

—-

Synopsis :
Nora aurait du deviner que sa vie était loin d’être parfaite. Même en entamant une relation avec Patch, son ange gardien (qui, malgré son nom, n’a rien d’angélique) et en survivant à un tentative de meurtre, les choses ne sont toujours pas au beau fixe. Patch prend du recul et Nora n’arrive pas à savoir si c’est pour son bien ou si ses intérêts se sont juste reportés sur son ennemi mortel : Marcie Millar. Sans oublier que Nora est hantée par des images de son père et elle devient obsédée par l’idée de découvrir ce qu’il s’est vraiment passé la nuit où il a quitté Portland pour ne jamais y revenir.

Plus Nora s’enfonce dans le mystère de la mort de son père, plus elle se demande si sa lignée Néphilim n’aurait pas quelque chose à voir avec tout ça. Expliquant aussi pourquoi elle semble plus en danger que n’importe quelle fille. Patch ne répondant pas à ses questions et se mettant dans son chemin, elle doit essayer de trouver les réponses par elle-même mais se reposant sur l’idée qu’elle a un ange gardien, elle prend de plus en plus de risques. Peut-elle vraiment compter sur Patch ou cache-t-il des secrets encore plus noirs que ce qu’elle peut l’imaginer ?

Mon avis :
Ce second tome reprends 2 mois après la tentative de meurtre contre Nora Grey (fin du premier tome). Renonçant à une vie humaine en la sauvant des griffes d’un puissant néphilim, Patch est maintenant devenu son ange gardien. Alors que tout semble au beau fixe entre eux, Nora va décider de mettre fin à leur relation car elle voit Patch se raprocher de sa pire ennemie, Marcie Millar. Bien qu’elle soit toujours amoureuse de lui, elle va tout faire pour le détester, essayer de tourner la page et passer à autre chose. Mais dans l’ombre, quelqu’un va à nouveau lui vouloir du mal. Une personne la suit et tente de la tuer… encore une fois.

J’avoue que j’ai eu comme une impression de déjà vu concernant la trame de l’histoire. Le tome 2 de Twilight, çà vous dit quelque chose ? Dans Crescendo, on retrouve aussi une héroïne qui est séparée de son petit ami, bien que franchement, je n’ai pas compris la cause de leur séparation. La jalousie de Nora les conduit à une rupture alors que Patch est totalement réglo avec elle. Par conséquent, j’ai trouvé ce début de roman très long car je n’ai vraiment pas compris le comportement immature de l’héroïne (ou sa fierté mal placée). Mais une fois l’intrigue lancée, je n’ai pas pu m’arrêter de tourner les pages.

Et je n’ai pas été déçue de l’histoire. Sur fond de thriller, comme dans le premier tome, le rythme est vif et bien soutenu. Le lecteur va de révélations en révélations. Becca Fitzpatrick nous dévoile des informations sur le père et la famille de Nora, et on en apprend davantage sur la guerre qui se prépare entre les Déchus et les Néphilims. J’ai eu aussi l’impression que Nora allait jouer un rôle très important là-dedans, ainsi que sur le devenir de Patch.

A ma plus grande joie, la romance n’est pas non plus mise de côté entre Nora et Patch. Leurs liens se resserent malgré les obstacles. Par contre, j’ai trouvé dommage que le personnage de Patch ne soit pas plus présent aux côtés de Nora. C’est ce que j’avais apprécié dans le 1er tome. Dans Crescendo, je l’ai trouvé TROP distant et TROP entouré de mystère, même si les explications de son comportement sont dévoilés à la fin du livre.

D’ailleurs, en parlant de fin, celle-ci termine sur un cliffhanger, donnant vraiment aux lecteurs l’envie de lire la suite.

Pour conclure, sans être non plus transcendant, je dirai que c’est un tome qui se lit facilement et vite, malgré un début un peu lent. Un poil en dessous du premier tome, je vous conseille cependant de lire cette suite si vous souhaitez découvrir les réponses aux questions qui restaient en suspens à la fin du tome 1, et si vous souhaitez voir évoluer la romance entre Patch et Nora.

Ma note : 15/20purplaisirdelire

Je rajoute ce livre à mon challenge des Mille Bornes Livresque sur Livraddict

Challenge des "1000 bornes livresques"

Challenge des « 1000 bornes livresques »

Hush Hush, de Becca Fitzpatrick

Hush Hush de Becca Fitzpatrick

Hush Hush de Becca Fitzpatrick

Auteur : Becca Fitzpatrick
Editeur : Editions Pocket Jeunesse
Pages : 364 pages

—-

Synopsis :
Dans la ville brumeuse de Portland, Nora tente de mener une vie ordinaire depuis la mort violente de son père. Lors d’un cours de biologie, elle fait la connaissance de Patch. Il est séduisant, mystérieux, toutes les filles en sont folles, mais Nora est perplexe. Comment Patch peut-il en savoir autant sur son compte ? Pourquoi est-il toujours sur sa route quand elle cherche à l’éviter ? Sans le savoir, Nora se retrouve au beau milieu d’un combat séculaire agitant des êtres dont elle ne soupçonnait même pas l’existence. Et en tombant amoureuse de Patch, elle va découvrir que la passion peut être fatale

Mon avis :
Hush Hush est le premier livre d’une série fantastique qui me faisait de l’oeil depuis un bon moment. Sans vraiment connaître le thème principal de l’histoire, mais curieuse de découvrir ce livre à la vue des différents commentaires positifs à son sujet, je me suis ruée dessus dès que je l’ai apperçu dans le rayon littérature jeunesse de ma médiathèque. Finalement, je ressors un brin déçue de cette lecture même si elle m’a quand même bien plu de façon générale. Disons que j’en attendais peut-être un peu trop ?

L’histoire commence de cette manière. Nous faisons la connaissance de Nora Grey, jeune lycéenne à Coldwater, une petite ville des Etats-Unis. Depuis la mort de son père, elle vit quasimment seule dans leur vieille maison car sa mère est très souvent en déplacement à cause de son travail. Mais elle sait qu’elle peut compter sur sa meilleure amie Vee qui est toujours là pour elle. Lors d’un cours de biologie, elle est séparée de sa binôme (Vee) pour se retrouver avec un nouveau partenaire, Patch. C’est ainsi qu’elle fait la connaissance de ce nouvel élève, un garçon très mystérieux et au charme fou, qui semble la connaître par cœur. Mais d’étranges évènements vont venir pertuber sa tranquilité. Se sentant suivie et épiée, elle va chercher à comprendre d’où vient cette nouvelle menace qui pèse sur elle depuis que Patch est apparue dans sa vie. Pourtant, ce jeune homme dont elle a peur, l’attire irrémédiablement !

Bon, parlons, sérieux. Ce scénario ne vous fait-il pas penser à quelque chose ? Un jeune homme, mystérieux et séduisant, beau comme un dieu, rencontrant une jeune fille réservée, peu sûre d’elle et vivant qu’avec un seul de ses parents ? Des menaces qui pèsent sur l’héroïne car quelqu’un lui veut du mal, et un héros toujours présent quand les embrouilles sont là ? Perso, j’ai trouvé que la trame scénaristique ressemblait beaucoup à celle de Twilight. Bien que j’ai beaucoup aimé cette saga, cette impression de déjà vu dans ce livre m’a semblé un brin énervant.

C’est dommage car l’auteure a su mettre en place une intrigue très intéressante. Beaucoup de péripéties rythment l’histoire, sur fond de thriller. Qui essaye de s’en prendre à Nora Grey ? Pourquoi ? Que lui veut-on ? Du coup, les pages se tournent vite et notre attention est tenue en haleine jusqu’à la fin ! Impossible de lâcher le livre. On plonge la tête la première dans cet univers sombre, angoissant mais tout aussi séduisant.

Parlons d’ailleurs de cet univers. J’ai beaucoup aimé l’imagination de Becca Fitzpatrick. Avec facilité, elle nous emporte dans son monde où co-existent, avec les humains, des Anges (déchus ou pas) et des Néphilims. Je ne sais pas si j’ai vraiment tout compris, mais j’aurais justement aimé que l’auteure développe un peu plus cette partie du récit. D’autres détails sur le passé de Patch ou sur les Néphilims auraient été les bienvenus. J’ai trouvé que cela manquait un peu de profondeur, mais peut-être que des éléments de réponses seront donnés dans les pochains tomes.

Bon, je ne peux pas conclure cette chronique sans vous parler de la romance naissante entre les deux héros. J’ai beaucoup aimé voir Patch bousculer les certitudes de Nora et lui montrer clairement son attirance pour elle. Certains de leurs dialogues faisaient monter la pression d’un cran. Disons que Patch ne tourne pas autour du pot pour dire ce qu’il pense. D’un autre côté, au contact du héros, on voit une Nora qui évolue et se révéle courageuse au travers des nombreux rebondissements de l’histoire. Intelligente et forte face aux coups durs, c’est une héroïne qui réfléchit avant de passer à l’action. La fin ne m’a pas beaucoup surprise. Je m’attendais bien à une suite.

Pour conclure :
Sans être une lecture transcendante, je dirai que j’ai passé un bon moment en compagnie de Nora Grey et de son ange déchu. Je vous conseille ce livre si vous aimez les univers fantastiques ou se côtoient les anges et les néphilims (mi-ange/mi-humain). De mon côté, je reste curieuse et lirai très certainement la suite pour connaître l’évolution de leur histoire d’amour. Faut juste que je repasse à ma médiathèque pour emprunter Crescendo.

Ma note : 16/20purplaisirdelire

Je rajoute ce livre à mon challenge des Mille Bornes Livresque sur Livraddict

Challenge des

Challenge des « 1000 bornes livresques »

New Victoria, tome 1

New Victoria, tome 1

New Victoria, tome 1

Auteur : Lia Habel
Editeur : Editions Castelmore
Pages : 576 pages
—-

Mon avis :

Je cherchais un livre à lire à la médiathèque, et c’est cette jolie couverture qui m’a attirée l’œil. Faut dire que je suis fan des romances historiques. De plus, le synopsis m’intriguait pas mal. Au final, j’ai bien fait ! Je suis tombée sur une dystopie très intéressante, mélangeant zombies et vivants.

Nous voilà projetés en 2195. Dans ce nouveau monde reconstruit après tant de guerres, une maladie fait rage, transformant les humains en zombies. Mais seul un petit nombre de personnes (membres haut placés du gouvernement et de l’armée ainsi que quelques chercheurs) est au courant de cet énorme secret d’état.

Nora, jeune fille néo-victorienne marquée par le décès de son père le Dr Dearly, se fait kidnappée par une troupe d’élites entièrement constituée de morts-vivants. Elle est emmenée de force dans une base secrète pour soi-disant « garantir sa sécurité ». Mais pourquoi l’enlève-t-on ? Qu’ont ils l’intention de faire d’elle ? L’héroïne va devoir dépasser ses préjugés pour aller de l’avant et comprendre les enjeux réels de la situation.

Ce qui m’a plu :

J’ai beaucoup aimé l’univers créé par Lia Habel. Dans un futur proche, où les guerres mondiales ont fait rage et détruit tant de civilisations, les peuples se sont reconstruits et divisés en deux. D’un côté nous avons les Punks, sorte de rebelles dans l’âme. Ce sont des personnes qui ont rejeté les avancées technologiques et décidé de vivre comme à l’ancien temps.

Puis de l’autre, nous retrouvons les Néo-Victoriens, convaincus que la meilleure façon de vivre est de retourner aux mœurs et à l’étiquette de l’époque victorienne (19ème siècle) tout en conservant les avancées technologiques. Ce mélange décalé est d’ailleurs assez amusant : on retrouve ainsi des fiacres électriques avec écran tactile à l’intérieur, ombrelles lumineuses, hologrammes, etc. Et avec çà, vous prendrez bien une petite tasse de thé ?!!

Lia Habel a aussi une approche bien à elle d’aborder le thème des zombies. Dans New Vicotria, c’est une maladie contagieuse qui transforme les êtres vivants en zombies. D’ailleurs, elle classe même ces derniers en deux groupes : les zombies « gentils » et les Gris (ou les « méchants » c’est à dire ceux qui font acte de cannibalisme).

Pour raconter son histoire, l’auteur alterne les points de vue à chaque nouveau chapitre. Ainsi, on découvre l’histoire à travers les yeux de Nora, Bram (le capitaine Griswold), Pamela (meilleure amie de Nora), Victor (père de Nora) et Wolfe (capitaine de l’armée). Bien que cela nous permettent de comprendre et ressentir les émotions de chacun, on finit par s’y perdre un peu de temps à autre.

Dans l’ensemble, j’ai trouvé que les personnages étaient tous bien travaillés, même si certains clichés apparaissent dans les personnages de Nora et Bram. Finalement, c’est le personnage de Paméla qui m’a le plus interpellé. Bien que l’histoire ne soit pas centrée sur elle, on suit son évolution tout au long du livre et j’ai trouvé qu’elle s’en sortait pas si mal au final !

Enfin, j’ai beaucoup aimé l’humour et ce petit côté décalé des genres. Les gentils zombies ont de la répartie qui m’a beaucoup fait rire par moments ! L’action est bien présente et on ne s’ennuie pas une minute. L’intrigue est bien menée. Et les réponses à la majorité des questions sont toutes dévoilées à la fin du livre.

En conclusion, je vous recommande ce livre et vous conseille vivement de ne pas le rater.

Ma note : 7/10