Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir

Une braise sous la cendre, tome 1 de Sabaa Tahir

Une braise sous la cendre, tome 1 de Sabaa Tahir

Auteur : Sabaa Tahir
Editeur : Editions Pocket Jeunesse
Pages : 523 pages

Ma note : 20/20

—-

Résumé :

Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.

Mon avis :

Wouahou ! Comment vous dire que ce livre est époustouflant ! J’avais lu beaucoup d’avis positifs à son sujet, mais je comprends vraiment pourquoi. Sans hésiter, je classe cette lecture dans mon top 3 de mes plus beaux coup de cœurs de l’année. En plus de découvrir la plume d’un nouvel auteur, j’ai découvert un univers fascinant !

coup_de_coeur

Il y a 500 ans, les Martiaux ont conquis les terres des Érudits et se sont entièrement dévoués au nouvel Empereur. Depuis, l’Empire ne cesse d’opprimer ce peuple et n’hésite pas à se servir d’eux comme esclaves. Dans ce monde froid et brutal, Laia est une jeune Érudite de 17 ans qui vit chez ses grand-parents avec son frère Darin depuis que ses parents sont morts quand elle était plus jeune. Une nuit, un raid a lieu dans sa propre maison. Un Mask, soldat d’élite de l’Empire, vient capturer son frère car celui-ci est soupçonné de faire parti de la Résistance. Dans le tumulte, le soldat assassine sous ses yeux ses grand-parents et emporte son frère. Laia a tout juste le temps de s’enfuir et décide alors de retrouver la Résistance pour qu’elle l’aide à libérer Darin. D’un autre côté, nous avons Elias Veturius, élève de l’école militaire de Blackcliff, celle-ci même qui forme les futurs Masks de l’Empire. Entraîné depuis ses 6 ans pour devenir un assassin froid et sans émotion, Elias ne supporte plus les dures conditions de vie exigées par la Commandante de l’école, et décide de planifier sa désertion… afin de retrouver sa liberté.

Dès le début de l’histoire, Sabaa Tahir nous emporte complètement dans son univers sombre et envoûtant. C’est un mélange de Peplum (dans le style Gladiator) et de Fantasy. L’auteure va droit au but et ne s’encombre pas de superflu. Le côté « dystopie » est très bien présenté, de fait qu’à aucun moment je ne me suis sentie perdue dans l’histoire. L’action est très présente dès le début, et les révélations puis retournements de situation s’enchaînent sur les 523 pages montant crescendo jusqu’au final.

L’un des gros points forts du roman, c’est l’alternance des points de vue entre Laia et Elias. Cela nous permet de mieux comprendre ce qu’ils vivent, ce qu’ils pensent ou ressentent. Mais ils restent tous les deux des personnages puissants et assez complexes. On ne sait jamais à l’avance ce qu’ils vont décider de faire. C’est d’ailleurs assez déroutant mais tellement exaltant au final. Laia est une jeune personne un peu naïve au départ mais qui se révèle très courageuse au fil de l’histoire, surtout lorsqu’elle devient l’esclave de la Commandante de Blackcliff. Malgré les sévices qu’elle va subir, elle saura rester droite et la tête haute. Son unique objectif est de sauver son frère car c’est la seule famille qui lui reste. Et son chemin va croiser celui d’Élias a plusieurs reprises. De son côté, Elias est un personnage masculin qui m’a beaucoup plu. C’est le dur et puissant guerrier dans toute sa splendeur, entraîné très durement au combat depuis sa plus tendre enfance. Mais au-delà de çà, c’est son « humanisme » qui m’a le plus séduite. C’est un personnage avec des doutes, et qui se cherche aussi. Il est un Mask, mais rejette cet état de tout son être. Malgré les horreurs qu’il a pu endurer pour survivre, il garde en tête son désir de liberté. Et c’est le reflet de ce désir qu’il aperçoit dans les yeux de Laia qui va l’attirer doucement mais sûrement à elle.

Ce qui fait la beauté de ce roman, c’est aussi l’ambiance générale. C’est dur, c’est froid et parfois même violent. Mais c’est aussi une véritable quête vers la liberté d’être et d’aimer. Je crois que mon cœur a fait des bonds à chaque page. J’ai ressenti beaucoup d’émotions : la peur, la crainte, la violence, la froideur de la mort… mais aussi la loyauté, l’amitié et l’amour. Au final, je peux dire que c’est cet ensemble de sensations qui m’ont fait vivre ce roman. En comparaison, j’ai eu la même sensation quand j’ai lu la trilogie Hunger Games.

Une braise sous la cendre est le premier livre de cet auteure, mais j’avoue qu’il me tarde grandement de pouvoir lire la suite ! Je suis devenue vraiment addict à cet univers. C’est original, très bien écrit et carrément époustouflant ! Pour moi, il s’impose comme l’un des meilleurs romans dans le genre Fantasy Young Adult. Et il est à lire de toute urgence !

purplaisirdelire

Je rajoute ce livre à mon challenge « 1000 bornes livresques ».

Publicités

4 réflexions sur “Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir

  1. Pingback: BOOK HAUL #5 {Octobre 2015} | Pur Plaisir de Lire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s