Elements, tome 1 The Air He Breathes de Brittainy Cherry

couv40778032Auteur : Brittainy Cherry
Editeur : Hugo Roman
Collection : New romance
Pages :422 pages

Ma note : 19/20

Résumé de l’éditeur :
Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n’ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s’extraire du monde. Mais Elizabeth ne l’entend pas de cette façon. Elle sait qu’ils sont tous les deux en miettes et qu’ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes. C’est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route. Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues.

Mon avis :
Avec une couverture magnifique et des commentaires super positifs sur la blogosphère littéraire, il ne m’en fallait pas plus pour moutonner et décider de me faire mon propre avis sur ce livre. The Air He Breathes est le premier tome d’une série de 4 livres écrits par une auteure, Brittainy Cherry, que je ne connaissais pas. Un grand torrent d’émotions a déferlé en moi durant ces 422 pages ! A l’instar de Respire (de la série Ten Tiny Breaths de K.A. Tucker), je peux dire que ce livre a su touché mon cœur 🙂

De quoi parle le livre ?

Elizabeth est enfin de retour à Meadows Creek avec sa fille de 5 ans Emma, après avoir passé 1 an chez sa mère suite au décès de son mari Steven dans un accident de voiture. Malgré ses peurs et les fantômes du passé, elle décide de retourner vivre dans sa maison pour affronter la réalité et aller de l’avant pour sa fille. Car depuis qu’elle a perdu son mari, elle ne vit plus et tente chaque jour de ne pas sombrer complètement dans son chagrin. Mais à peine arrivée en ville, elle percute un chien qui traverse la route devant elle. Sortant de son véhicule pour voir comment va l’animal, elle va rencontrer Tristan, son propriétaire. Leur rencontre est houleuse et Elizabeth se fait clairement injurié. Plus tard, elle découvre que Tristan est son nouveau voisin. Ressentant dans les yeux de cet homme le reflet de sa propre douleur, elle tente de faire connaissance avec lui même s’il reste très froid et distant avec elle. Malgré tout, celui qui est considéré comme un gros connard par les habitants de Meadows Creek, va réussir à s’ouvrir petit à petit à Elizabeth. Tristan lui révèle qu’il a lui aussi perdu 1 an plus tôt sa femme et son fils de 8 ans. Entre personnes brisées, ils vont réussir à se comprendre et à faire le deuil de leurs proches ensemble, même si au début leur manière de faire est assez particulière.

Ce que j’en ai pensé

La lecture à 2 voix rend l’histoire encore plus émouvante. Je me suis sentie très touchée par la souffrance des 2 protagonistes face à la perte d’êtres aimés. La relation entre Elizabeth et Tristan est belle et triste en même temps. Ils entament une histoire en espérant retrouver les sensations du passé quand ils étaient respectivement auprès de leur conjoint. Mais on se doute bien du côté destructeur de cette manière d’agir. Finalement, les sentiments amoureux arriveront par la suite : très doucement mais sûrement.

J’ai également beaucoup apprécié la petite Emma, qui croit dur comme fer que son papa décédé lui envoie des messages par le biais de plumes blanches qu’elle trouve sur son chemin. D’autres personnages, comme Faye la meilleure d’Elizabeth, apporte un peu de fraîcheur et de gaieté au texte. Par conséquent, on passe très facilement du rire aux larmes en l’espace de quelques lignes. L’auteure sait parfaitement bien manier les mots et nous faire ressentir beaucoup d’émotions.

Une dynamique de lecture est d’ailleurs présente du début à la fin. L’intrigue se noue essentiellement autour de la relation des 2 personnages principaux,  et l’auteure balaye différents sujets pour faire réagir le lecteur : comme la dureté du regard des gens sur la meilleure façon de vivre un deuil, les préjugés sur le droit de refaire sa vie quand on est veuf, ou encore la manière d’élever un enfant tout en état seul.  Brittainy Cherry arrive même à nous ménager un fond de thriller en fin de livre pour faire monter le suspens jusqu’au bout.

Le dénouement final n’a rien de très nouveau mais conclu assez bien le livre. J’ai beaucoup aimé lire le prologue qui clôture de façon émouvante super bien l’histoire d’Elizabeth et Tristan.

Pour conclure, je dirai que The Air He Breathes est une très belle histoire de deuil, d’amour et d’espoir. C’est le genre de romance qui vous retourne complètement et vous bouleverse pour un bon moment. J’avais ressenti ces même émotions avec Respire de K.A. Tucker et Ugly Love de Colleen Hoover. Mais je pense aussi que ce type de roman, pour être apprécié à sa juste valeur, doit être consommé avec parcimonie 😉

purplaisirdelire

 

Publicités

Trilogie Quantum – Saison 1 Virtuous de M.S. Force

couv25567686Auteur : M.S. Force
Editeur : Hugo Roman
Collection : New romance
Pages : 343 pages

Ma note : 10/20

Résume de l’éditeur :
L’histoire haletante et torride de la relation entre une jeune institutrice new-yorkaise rigide et un peu coincée et un acteur de cinéma au sommet de sa gloire, homme à femmes dominateur. Tout les oppose, ils n’ont rien en commun et, pourtant, une passion torride, puissante et irrationnelle va les pousser l’un vers l’autre pour leur faire vivre une grande histoire d’amour du XXIe siècle. Lui est tellement épris de Natalie qu’il se persuade qu’il peut changer pour elle et devenir l’homme dont elle a besoin. Mais Natalie a-t-elle vraiment envie que Flynn change ?

Mon avis :
Ce livre a été pour moi une grosse déception. Je m’attendais sincèrement à autre chose de l’histoire. Malgré une écriture claire et agréable, je n’ai vraiment pas réussi à trouver de l’intérêt au roman. Mais avant de vous en expliquer les raisons, je vais tout d’abord vous en faire un petit résumé.

A quoi vous attendre avec ce livre ?
Un peu comme dans « Coup de foudre à Notting Hill », Virtuous commence par une rencontre imprévue entre une jeune institutrice new-yorkaise de 21 ans et la grande star de cinéma du moment. A la manière d’un conte de fée, le héros – Flynn Godfrey – a le coup de foudre pour la belle Natalie et souhaite la revoir pour apprendre à la découvrir. De fil en aiguille, une relation amicale se développe entre eux ainsi qu’une attirance incontrôlable. Mais le passé de Natalie ou le mode de vie de Flynn pèsent lourds dans la balance et risquent à tout moment de faire voler en éclats leur idylle naissante.

Ce que j’en ai pensé ?
Bienvenue au pays des bisounours ! Moi qui m’attendais à une histoire torride (Cf. résumé de l’éditeur sur le livre) entre les deux héros, j’ai été très déçue de cette relation »vanille » devenant horripilante au fur et à mesure des pages. Je n’y ai trouvé aucun intérêt malgré un début qui me semblait encourageant pour la suite.

« Une relation horripilante »: pourquoi,  me direz-vous ? Eh bien parce que j’ai trouvé toute l’histoire complètement abracadabrante, trop irréelle pour être vrai, avec des personnages surjoués et caricaturés à fond, ce qui ne les rend pas crédibles au final. Le « vouvoiement » est franchement de trop dans ce genre d’histoire, et je n’ai pas compris pourquoi il avait été maintenu jusqu’à la fin du livre.

Parlons justement des personnages. Je n’ai pas du tout adhéré aux convictions matrimoniales de Natalie (on vit au 21ème siècle quand même ! même si je comprends le pourquoi du comment de la chose), et encore moins à l’intérêt que Flynn lui porte, lui qui a des pratiques sexuelles carrément contraires à elle. D’ailleurs, j’ai eu l’impression que les deux scènes à caractère BDSM avaient été rajoutées au texte comme si l’auteure s’était sentie obligée de donner un peu de piquant à son histoire générale pour intéresser le lecteur. Pour vous dire à quel point j’ai trouvé cela lamentable ! (PS : d’ailleurs pour info, les deux scènes sont des copiées/collées).

Bref, ce ne sera pas pour moi une lecture qui restera dans les annales, même si la fin promet des futurs rebondissements intéressants. Je ne sais pas non plus si je peux vous conseiller de lire ce genre de livres, à part si vous aimez les histoires un peu niaises et « gnangnan ». Par contre, je serais intéressée de lire vos commentaires si vous avez aimé ce bouquin 😉

A très bientôt !

purplaisirdelire

Neon Dreams, tome 1 Leaving Amarillo d Caisey Quinn

27-04-16Auteur : Caisey Quinn
Editeur : Harlequin
Collection : &H
Pages : 417 pages

Ma note : 17/20

Résumé de l’éditeur :
Certaines promesses sont faites pour être brisées.
Aussi loin que je m’en souvienne, je n’ai toujours vécu que pour deux choses : la musique et Gavin Garrison. La musique est l’exutoire de mes peines, Gavin, le reflet de mon âme.
Aujourd’hui, je vais devoir choisir : le festival pour lequel a été sélectionné notre groupe, Leaving Amarillo, peut lancer notre carrière, c’est notre chance de vivre notre rêve. Mais je ne sais pas si je suis capable de passer une semaine entière avec Gavin, de dormir chaque nuit dans la même chambre d’hôtel que lui, sans tout détruire. Parce que Gavin n’est pas seulement le batteur de notre groupe, il est aussi le meilleur ami de mon frère, celui qui a promis de ne jamais poser la main sur moi.
Il est le seul homme que je ne peux avoir et le seul que je veux.

Mon avis :
Leaving Amarillo est le premier volet de la série Neon Dreams écrite par Caisey Quinn. Pour moi, ce livre est une jolie découverte : à la fois de la plume de l’auteure et de l’histoire qui ne tombe pas dans la facilité.

De quoi parle le livre ?

Jusqu’à présent, Dixie Lark avait toujours réussi à cacher ses sentiments pour Gavin Garrisson, le batteur de son groupe de musique et également le meilleur ami de son frère Dallas. Mais comment va-t-telle réussir à gérer sa promiscuité lors de la tournée qu’ils vont débuter, celle-là même capable de lancer leur carrière ? Cela lui semble très compliquée, voire mission impossible. Sa seule solution ? Dévoiler enfin à Gavin ses sentiments et surtout lui prouver qu’ils sont réciproques depuis leur enfance. Entre répétitions, concerts, ambiance électrique du festival et recherche de manager, Dixie va devoir mener de front son combat personnel tout en étant à 200% à fond pour la réussite du groupe.

Pourquoi j’ai aimé ?

Leaving Amarillo est une histoire qui nous entraîne au cœur d’un groupe de musiciens qui se connaissent depuis l’enfance, soudés entre eux par des événements difficiles de leur vie, et qui tentent de percer dans le monde de la musique pour réussir à vivre de leur passion. Mais c’est aussi une histoire d’amour compliquée entre une jeune femme amoureuse depuis ses 10 ans du meilleur ami de son frère, celui qui a juré lorsqu’ils étaient gamins « de ne jamais la toucher ». Mais une telle promesse peut-elle être vraiment tenue quand les sentiments s’en mêlent ? Ce premier volet nous fait découvrir une histoire tendre, fraternelle, intense et sexy.

J’ai beaucoup aimé les personnages du livre, tous sans exception. Dixie est une héroïne passionnée, à la fois par la musique et par Gavin. Sa combativité est exceptionnelle, même si elle tente par tous les moyens de survivre entre son cœur déchiré par la perte de ses parents et le fait de ne pas pouvoir être avec l’homme qu’elle aime.
De son côté, Gavin est un héros tel que je les aime : sombre, sexy et loyal. Son petit air de bad boy m’a beaucoup plu, ainsi que les scènes où il se laisse aller aux sentiments. Et enfin Dallas est un personnage assez déroutant : à la fois intransigeant et très protecteur envers sa sœur. Il me tarde de le découvrir dans le prochain tome !

Les chapitres du livre s’enchaînent très facilement, et j’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteure. Elle décrit à la perfection les émotions qu’elle souhaite faire passer par ses personnages, et je me suis carrément prise dans l’histoire. J’ai même été surprise par la fin, assez surprenante et qui ne tombe pas dans la facilité. Rien que pour çà je dis « chapeau » à Caisey Quinn ! Elle sait parfaitement maintenir le suspens jusqu’au bout.

Bon, vous l’aurez compris ! J’ai été emballée par ce premier tome, et franchement je vous avoue qu’il me tarde de lire la suite. Je ne peux que vous le conseillez, si vous aimez les romances sincères, profondes et super bien écrites 🙂

A très bientôt !

purplaisirdelire

 

 

Te Succomber, tome 1 de Jasinda Wilder

couv51436571Auteur : Jasinda Wilder
Editeur : Livre de Poche
Pages : 384 pages

Ma note : 12/20

Résumé de l’éditeur :
À 18 ans, Nell est inconsolable. Kyle, à la fois son meilleur ami et l’amour de sa vie, meurt accidentellement. Elle sombre dans un chagrin fou dont personne ne semble pouvoir la tirer.
Deux ans plus tard, la jeune femme croise le chemin de l’insaisissable Colton, le frère aîné de Kyle. La douleur est toujours vive, mais une irrésistible pulsion l’attire vers lui. Passion ? Fureur de vivre ? Un lien unique les unit et les consume au plus profond d’eux-mêmes.
Colton pourra-t-il redonner à Nell le goût d’aimer ?

Mon avis :
C’est le premier livre que j’ai lu de Jasinda Wilder, et j’étais très curieuse à son sujet sachant que j’en avais beaucoup entendu parler sur la blogosphère littéraire. Alors vous me connaissez ? J’ai voulu me faire mon propre avis sur cette romance. Et dans l’ensemble, j’ai été assez déçue.

Pour commencer, l’histoire est divisée en deux parties inégales : celle retraçant le passé de Nell avec son histoire avec Kyle, puis le présent avec sa relation avec Colton, le frère ainé de son défunt petit ami. J’ai trouvé les deux parties complètement à l’opposé l’une de l’autre. Alors que la première est très orientée « jolie romance » et dessine les premiers émois amoureux de deux ados, la seconde est beaucoup plus axée sur le côté érotique. Par conséquent, j’ai eu du mal à ressentir l’attachement entre les deux personnages principaux à ce moment là de l’histoire. On comprend parfaitement le besoin de rédemption qu’éprouve Nell pour pouvoir faire le deuil de Kyle, mais de là à passer son temps sous la couette pour oublier… bof, très bof. Dans le même esprit, je vous conseille vivement les tomes de la série Ten Tiny Breaths qui sont beaucoup mieux écrits !

Ensuite, franchement, comment un auteur peut commencer son histoire par ces quelques lignes : « Je n’ai pas toujours été amoureuse de Colton Calloway. J’ai d’abord été amoureuse de son frère cadet, Kyle ». Bon ben voilà … tout est dit. On sait déjà comment l’histoire va démarrer et surtout comment elle va terminer. Où est l’intérêt ?! Du coup, je n’ai pas trouvé l’intrigue intéressante, même si l’auteure a voulu rajouter des « pseudos » rebondissements pour dynamiser un peu son histoire et donner envie de lire son livre jusqu’au  bout.

Vous vous en douterez, ce ne fut pas ma lecture du siècle, même si j’ai quand même apprécié ce petit moment à partager les émois amoureux et questions existentielles de Nell avec ses deux petits amis. Pour le prix du livre au format poche, vous pouvez vous laisser tenter à votre tour. Peut-être que vous apprécierez mieux que moi « Te Succomber ».

Je vous dis à très bientôt !

purplaisirdelire

Wallbanger, d’Alice Clayton

cocktail,-tome-1---wallbanger-706917-250-400Auteur : Alice Clayton
Editeur : J’ai Lu
Pages : 446 pages

Ma note : 18/20

Résumé de l’éditeur :
Caroline a un fantastique nouvel appart’ à San Francisco, un KitchenAid, mais pas d’O (et on ne parle d’Oprah là hein). Elle a une belle carrière de designer d’intérieur, un bureau qui donne sur la baie, une recette de pain Zucchini à se damner, et toujours pas d’O. Elle a Clive à ses côté (le chat le plus cool du monde), de supers amis, un super lit, mais pas d’O.

En plus de cette insulte d’être une sans-O, depuis qu’elle a déménagé elle doit se taper la nuit un voisin hyper bruyant, du genre à faire claquer le lit sur le mur. Chaque soupir, fessée et -était-ce vraiment un miaulement ?- lui rappelle que non seulement elle ne dort plus, mais qu’en plus, vous avez compris, elle n’a toujours pas d’O.

Entre alors en scène Simon Parker (non vraiment Simon entre, je t’en prie). Lorsque les murs tremblants menacent de pratiquement la faire tomber de son lit, Caroline, drapée de sa frustration sexuelle et d’une petite nuisette rose fait face à son voisin tant-entendu-mais-jamais-vu. Leur rencontre nocturne dans le couloir, aura, eh bien, des conséquences diverses. Hmmm… Avec des murs aussi fins, la tension sera palpable…

Mon avis :
C’est d’abord la couverture du livre qui m’a attirée. Ensuite le résumé. Puis j’ai fait une très belle découverte : celle de l’auteure à travers sa plume joyeuse et poétique ! Wallbanger est sans aucun doute un roman frais, léger, et drôle, qui fait du bien au moral. Dans la lignée du Journal de Bridget Jones (d’Helen Fielding) ou de Je peux très bien me passer de toi (de Marie Vareille), on se délecte au fil des pages de l’humour de l’héroïne et des multiples rebondissements qui surviennent dans le déroulé de l’histoire.

Avec simplicité et authenticité, l’auteure nous décrit des personnages forts et attachants (même le chat de Caroline – Clive – a sa propre personnalité  ! Mais je vous le dis, je ne veux pas d’un chat comme çà à la maison ! lol). De ce fait, on se sent vite proche d’eux et on les voit évoluer avec bonheur au fil des pages. Caroline est une jeune femme plein de surprises, bien dans sa peau malgré son manque d’O, et entourée de très bonnes amies. Sa rencontre avec Simon, le séduisant voisin, va changer sa vision des choses. J’ai beaucoup apprécié la relation qui s’installe entre eux, et tous les sous-entendus autour de la pâtisserie m’ont bien fait rire ! Mention spéciale aussi à La Fessée, Minouchka et La Dinde.

Bref, vous l’avez compris, c’est un roman qui se lit d’une traite et qui est super bien écrit. L’auteure nous sert des réparties hilarantes… et quoi de mieux pour passer un bon moment de lecture ?! Humour, Amour et Actions sont bien au rendez-vous. Laissez-vous emporter vous aussi !

purplaisirdelire

Hard Boy, d’Helena Hunting

hard-boy-708871-250-400Auteur : Helena Hunting
Editeur : City
Pages : 410 pages

Ma note : 13/20

Résumé de l’éditeur :
Avec un célèbre joueur de hockey pour demi-frère, Violet connaît bien la réputation sulfureuse de ses camarades de jeu. Notamment du capitaine de l’équipe, le légendaire Alex Waters qui fait rêver toutes les filles.

Mais un jour, la jeune femme découvre qu’Alex n’a rien du simple sportif écervelé, qu’il sait aussi se montrer intelligent et subtil. Complètement sous le charme, elle passe une nuit avec Alex qui se révèle très doué dans le maniement de tous les styles de bâtons…

Violet pense que cette nuit magique n’était justement que cela : une nuit. Elle se trompe. Il est impossible de ne pas s’attacher à quelqu’un comme Alex. Le problème c’est que les médias décortiquent la vie du joueur vedette et Violet n’a pas du tout envie de se retrouver sous le feu des projecteurs…

Mon avis :
Hard Boy, voilà une histoire qui promettait sensualité et érotisme rien qu’en lisant le titre du livre … et encore plus en matant la sublime photographie de couverture ! Dès sa sortie en librairie, je me suis jetée dessus pour pouvoir le lire bien tranquillement chez moi (et de préférence sous la couette). Mais quelle fut ma déception, ma grosse déception au final ! Je vous explique pourquoi.

Déjà commençons par l’histoire en elle-même. J’ai eu l’impression que l’auteure a écrit ce roman sans réellement réfléchir à une intrigue générale. Par conséquent, les chapitres s’enchaînent les uns avec les autres sans aucun intérêt ni aucun suspens quant au déroulé de l’histoire. Tout semble prévisible, à tel point que j’ai eu l’impression de lire le scénario d’une ancienne série TV AB.

A côté, j’ai trouvé les héros très superficiels et peu développés. Violet reste sur ses préjugés du début à la fin de la romance concernant le milieu sportif du hockey sur glace. Quant à Alex, je l’ai trouvé vraiment stéréotypé, et pas du tout attachant. De manière générale, les héros ne sortent pas vraiment grandis de leur aventure, et j’ai trouvé cela vraiment dommage.

Alors certes, il y a un point qui sauve un peu ce roman, c’est l’humour qu’on retrouve dans les dialogues et le côté complètement déjanté de Violet (notamment avec sa diarrhée verbale – Violet dit tout haut ce qu’elle pense tout bas sans vraiment réfléchir à ses paroles). Mais même si cet humour fait rire au tout début, passé la moitié du livre, il devient lourd et pesant… voire même lassant au fil des pages. Marre de voir Violet faire une fixation sur la « queue monstre » d’Alex, ou parler de « son castor » en permanence. Cela enlève carrément le côté sexy de certaines scènes sensuelles, et franchement, j’ai trouvé çà désolant.

Bref, je n’ai pas gardé un super souvenir de cette histoire qui ne restera pas dans les annales pour moi. Si vous souhaitez découvrir une héroïne un peu déjantée et loufoque, vous pouvez toujours tenter cette lecture, mais ne vous attendez pas à beaucoup de tension sexuelle ni à de grandes déclarations d’amour.

A très bientôt !

purplaisirdelire