L’instant présent, de Guillaume Musso

L'instant présent, de Guillaume Musso

L’instant présent, de Guillaume Musso

Auteur : Guillaume Musso
Editions : XO éditions
Pages : 374 pages

—-

Synopsis :

 Lisa et Arthur n’ont rendez-vous qu’une fois par an.
Il passe sa vie à la chercher…
…  elle passe la sienne à l’attendre.

Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d’art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate. Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n’offre aucun répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l’aimer :

 » Ce qui m’arrive est inimaginable, et pourtant bien réel…  »

Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

Mon avis :

Je me faisais une joie de lire ce nouveau Musso car j’avais vraiment adoré Central Park l’année dernière. Mais au bout de quelques chapitres, je me suis ennuyée à mourir ! Et le terminer fut vraiment difficile, surtout au vu de la fin. J’ai alors pensé : « tout çà pour çà ! ».

En fait, dès la première page, j’ai fait un blocage sur l’histoire. Musso commence son récit en nous présentant le héros, Arthur, à l’âge de 5 ans, et je n’ai clairement pas supporté la façon dont son père lui fait comprendre de ne jamais faire confiance à personne, pas même à lui. Maman de 3 enfants, je ne conçois pas comment un parent peut faire du mal à son propre enfant, et surtout aller lui dire qu’il ne pourra jamais compter sur lui dans sa vie. Le monde est déjà assez dur comme çà ! Bref … cette mauvaise impression a eu du mal à me lâcher pour la suite de l’histoire.

Extrait : « – Dans la vie, tu ne dois faire confiance à personne, tu comprends, Arthur ?
Je le regarde, terrifié.
– A PERSONNE ! répète-t-il avec un mélange de tristesse et de fureur contre lui-même. Pas même à ton propre père ! ».

En parallèle, j’ai eu également beaucoup de mal à m’attacher aux personnages, à part peut-être le grand-père d’Arthur, Sullivan, original dans sa façon d’être et humain. Son personnage apporte la petite touche en plus qui rythme l’histoire au fil des années qui passent. Alors qu’Arthur et Lisa m’ont semblé bien fades en comparaison.

Sur fond de science-fiction, l’intrigue est tout de même intéressante et originale. Quelle est la malédiction du phare des 24 vents ? Pourquoi Arthur est condamné à vivre 1 seul jour par an pendant 24 ans ? Mais malgré tout, de nombreux passages sont longs, trop longs et pesants. Beaucoup de descriptions sont faites sans intérêt particulier pour l’histoire. Et j’ai vraiment trouvé cela lassant.

Si je devais retenir une seule chose du livre, ce serait le caractère éphémère de la vie, et donc de profiter de chaque instant auprès des personnes que l’on aime. Profiter de l’instant présent.

Ma note : 10/20Signature

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s